magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 
7°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / Actualité
Jean-Claude Vézina Par Jean-Claude Vézina
info@journalhsf.com

Mercredi, 30 janvier 2013

Redémarrage de la scierie Blanchette et Blanchette



 Imprimer   Envoyer 

Renaud Bergeron, directeur général du Groupe Barrette, confirme, lors d'une entrevue téléphonique, que les activités reprendront en avril à la scierie qui conserve le nom de Blanchette et Blanchette. L'usine, située à Weedon, secteur St-Gérard, emploiera quelque 25 personnes sur un seul quart de travail pour l'instant. L'approvisionnement en grumes se fera principalement en Estrie.

M. Bergeron prévoit débiter 20 millions de pieds de bois la première année. «Le plan de mise en marché des produits est clair et nous sommes conscients des retombées positives d'une telle relance», écrit M. Bergeron qui en est à sa 15e année avec le Groupe Barrette. «Cependant, il est trop tôt pour parler d'expansion», confie-t-il.

Le contexte économique nord-américain favorise la relance de l'entreprise. Les États-Unis viennent d'abolir la taxe de 15 % sur les importations de bois d'œuvre. S'ajoute à cette bonne nouvelle, l'estimation positive que fait le Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ). On y note que l'indice servant à refléter les cours des différents produits du bois sur les marchés (panier Pribec) établit, en moyenne, «à 394 $ le mille pieds de planche (MPP) les différents produits transformés dans les usines de sciage du Québec», informe Louis Tremblay, journaliste à La Presse. En mai 2009, il était à 255 $ le MPP.

Depuis 1970, Blanchette et Blanchette fournissait du travail à 85 personnes au plus fort de sa production. Fermée depuis 4 ans en raison du marasme dans l'industrie du sciage, l'entreprise Blanchette et Blanchette ressuscite et fonctionne en mode préparatoire depuis décembre. «Nous conservons le même outillage que nous avions lors de la fermeture. Nous avions fait d'importants investissements pour nous doter d'équipements performants», rappelle le directeur général.
Pour traiter les 20 millions de pieds de bois, la remise en service de l'usine exige de réviser tous les appareils pour un démarrage sans problème. Du chargeur de grumes, à la scie principale, en passant par les débiteuses secondaires, les convoyeurs, les tables de classification et autres, tout doit être vérifié.

Pendant ce temps, les gestionnaires procèdent à l'achat de billots de sapin et d'épinette. «Nous allons acheter nos billots principalement en Estrie à des prix comparables aux autres entreprises de sciage», annonce M. Bergeron. Il s'appuie sur les compétences des gens d'ici pour prospérer. «Nous sommes très fiers de compter sur l'appui des travailleurs et de la communauté de Weedon et des environs». Il apprécie les bonnes relations qu'il entretient avec Emploi-Québec pour trouver des employés et avec le Syndicat des producteurs forestiers de l'Estrie (SPBE) et les travailleurs pour l'approvisionnement en matière première.

M. Bergeron explique que la reprise économique, bien que faible, permet la relance de la scierie. Il vise, comme débouchés les marchés canadiens et américains et la clientèle qui utilise les sous-produits de deuxième et troisième transformation. «Nous ne sommes pas attachés à une production ou à des usages uniques. Le ralentissement du marché de la construction et la fermeture de papetières nous obligent à être inventifs. Il faut développer des marchés spécifiques, trouver sa niche pour écouler les sous-produits surtout», explique-t-il.

Se décrivant comme un optimiste prudent à la façon du président du CIFQ, André Tremblay, que les expériences des dernières années a rendu vigilant, M. Bergeron est conscient de l'importance des retombées économiques de la relance de l'usine. «Nous désirons miser sur la productivité et la compétitivité de cette usine et de toute une région», conclut M. Bergeron.

Jean-Claude Dumas, maire de la municipalité du grand Weedon, était heureux de la reprise des activités de la scierie Blanchette et Blanchette. Il annonçait que les premiers voyages de billots entraient à partir du 14 janvier. «Je le connais depuis un bon bout de temps, Renaud Bergeron, c'est un homme décidé. Je savais que dès que le contexte économique le permettrait, il rouvrirait la scierie». Sa satisfaction était double puisque Bois Boulanger avait depuis peu, relancé les opérations de l'usine de Bois Le Roux qui avait failli à ses obligations.


Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Les Étoiles d'Argent

Les Étoiles d'Argent
Trois trucs pour préparer votre peau à l’arrivée de la saison chaude

Trois trucs pour préparer votre peau à l’arrivée de la saison chaude
NOS RECOMMANDATIONS
Anh Minh Truong : du cégep au grand écran

Anh Minh Truong : du cégep au grand écran
Trois trucs pour préparer votre peau à l’arrivée de la saison chaude

Trois trucs pour préparer votre peau à l’arrivée de la saison chaude
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Val Estrie Ford - avril 2018
 
Sarah-Eve Desruisseaux
Jeudi, 26 avril 2018
Réveillez-vous!

Marie-Pier Verner, MSc.
Jeudi, 26 avril 2018
Mon ado est en psychothérapie

Daniel Nadeau
Mercredi, 25 avril 2018
Intentions voilées...

Catherine Côté
Mercredi, 25 avril 2018
La bonne tenue pour la bonne occasion

Léandre Lachance
Mardi, 24 avril 2018
La table à cinq pattes: vie intellectuelle

François Fouquet
Lundi, 23 avril 2018
Le meilleur et le pire

Cégep de Sherbrooke
Lundi, 23 avril 2018
Anh Minh Truong : du cégep au grand écran

Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke
Lundi, 23 avril 2018
À l'école Mitchell-Montcalm les midis, il y en a pour tous les goûts

Hyundai Sherbrooke - avril 2018
Détox : Le Pharmachien et Maison Jacynthe ne s’entendant pas Par Pierre-Olivier Pinard, B.sc. CFMP Vendredi, 20 avril 2018
Détox : Le Pharmachien et Maison Jacynthe ne s’entendant pas
Anh Minh Truong : du cégep au grand écran Par Cégep de Sherbrooke Lundi, 23 avril 2018
Anh Minh Truong : du cégep au grand écran
Le projet de taxi à prix réduit pour les jeunes se poursuivra Par Vincent Lambert Jeudi, 19 avril 2018
Le projet de taxi à prix réduit pour les jeunes se poursuivra
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous