magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 
20°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
Radioactif Forfait Internet mai 2018
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / Actualité
Jean-Claude Vézina Par Jean-Claude Vézina
info@journalhsf.com

Mercredi, 16 janvier 2013

Envisager l'avenir avec optimisme



 Imprimer   Envoyer 

L'énergie est le nerf de la guerre, la source de politiques économiques. Elle est génératrice de travail et de loisirs. Voici en synthèse comment elle pourrait se définir, sans faire intervenir la fameuse équation E=MC2, d'Albert Einstein.

Pourtant, les réserves pétrolières et gazières s'épuisent. Et c'est sans compter les gaz à effet de serre (GES). L'hydroélectricité reste accessible à quelques peuples choyés où l'eau coule en abondance. Restent encore l'atome et les bouses de vaches...

Voici que, depuis quelques années à peine, une autre énergie se pointe le nez, pleine de promesses, dont celles du déficit carbone 0, de la régénérescence pérenne, de la disponibilité permanente et à peu de frais, le Saint-Graal quoi! Il s'agit de la biomasse.

Dans la revue, L'Actualité des affaires, le 7 décembre dernier, dans la chronique Affaires sans frontière intitulée « Ça chauffe dans le domaine de la granule », Ulysse Bergeron brossait un tableau de la demande des produits provenant de la biomasse. Il venait compléter les informations reçues lors de la journée organisée par le Centre local de développement du HSF, portant sur le sujet, à laquelle participaient quelque 150 personnes. Ce texte est disponible sur Internet. En résumé, M. Bergeron a calculé qu'entre 2006 et 2010, la production mondiale de granules a plus que doublé, passant de 7 millions de tonnes métriques (Tm) à 14,3 millions de Tm, ce qui représente une croissance de 110 %. Il suggère qu'en 2020, les besoins varieront entre 48 et 60 millions de Tm.

L'auteur laisse entendre que le potentiel actuel est de 29 millions de Tm. La raison pour laquelle l'expansion est ralentie, c'est qu'il y a pénurie de matière première, principalement les résidus de sciure de bois provenant des scieries qui entrent dans la production des granules.

Les 27 pays membres de l'Union européenne (UE) ont faim de granules. Ils considèrent cette énergie comme renouvelable. Elle répond à leurs critères environnementaux. L'UE s'est donnée comme objectif pour l'an 2020 de réduire sa consommation d'énergie primaire (pétrole/charbon/gaz, hydroélectricité, atome) de 20 %, de réduire les GES d'un autre 20 % et d'investir de façon à introduire un autre 20 % d'énergie renouvelable.

Pour l'instant, le vieux continent consomme 90 % de la production de granules. En 2008, les besoins de l'Europe tournaient autour des 8 millions de Tm. En 2010, elle atteignait 11,5 millions de Tm. C'est ce que constate Pierre-Olivier Morency, directeur de la section Granules de bois du Bureau de la promotion des produits du bois du Québec (QWEB).

Jusqu'à l'an dernier, le Canada était le premier exportateur de granules avec 1,2 million de Tm. Maintenant, les États-Unis, qui subventionnent généreusement cette production, l'ont déclassé. La North American Wood Fiber Review affirme que les Américains visent produire et exporter 5,7 millions de Tm en 2015. Cependant, M. Morency ajoute que cette nation coupe des forêts pour produire le combustible, créant une dette de carbone au grand dam des écologistes.
Le Québec selon l'article n'a pas misé beaucoup sur l'exportation. Peut-être que l'expérience décevante de Granules LG en a refroidi plus d'un? En 2009, l'entreprise a vu ses exportations passées de 30 000 Tm à 400 Tm. Pour l'instant, il n'y a pas de véritable engouement pour la granule et les autres sous-produits de la biomasse.

En ce sens, les propos d'André Roy, président du Syndicat des producteurs de bois, sont justes. Tant que l'électricité et le pétrole au Québec seront peu dispendieux, la production de biomasse comme source d'énergie restera au stade de l'expérimentation et de l'utilisation marginale.----- Cependant, il serait sage de poursuivre les recherches dans le domaine et de trouver des moyens techniques adéquats, comme des silos portuaires pour être prêt demain.


Sykes Sherbrooke ICT Canada Marketing
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
L'été, c'est ici que l'on flâne au Centro !

L'été, c'est ici que l'on flâne au Centro !
Retour du gars sympathique

Retour du gars sympathique
NOS RECOMMANDATIONS
20 microbrasseries pour une 3e Grande coulée

20 microbrasseries pour une 3e Grande coulée
C’est l’été, comment faire pour ne pas abîmer nos cheveux?

C’est l’été, comment faire pour ne pas abîmer nos cheveux?
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Golf et Académie Longchamp inc. 2018
 
Sylvie Roy
Jeudi, 19 juillet 2018
« C’est pas juste! »

Daniel Nadeau
Mercredi, 18 juillet 2018
La célébration du ballon rond!

APCHQ Estrie
Lundi, 16 juillet 2018
Dangereux, les fils électriques sur porcelaine?

François Fouquet
Lundi, 16 juillet 2018
Retour du gars sympathique

Golf et Académie Longchamp inc. 2018
Rues restreintes pour la Fête du lac Par Cynthia Dubé Jeudi, 12 juillet 2018
Rues restreintes pour la Fête du lac
Vol qualifié sur la rue Montréal Par Cynthia Dubé Mercredi, 11 juillet 2018
Vol qualifié sur la rue Montréal
Des vendeurs itinérants de thermopompe fraudent à Sherbrooke Par Cynthia Dubé Vendredi, 13 juillet 2018
Des vendeurs itinérants de thermopompe fraudent à Sherbrooke
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous