magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 
-3°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / Actualité
Pierre Hébert Par Pierre Hébert
pierre@journalhsf.com

Mercredi, 19 décembre 2012

L'énergie renouvelable à portée de main



 Imprimer   Envoyer 

Quelque 150 personnes se sont rencontrées récemment à l'auditorium de la Polyvalente Louis-Saint-Laurent pour profiter des compétences de spécialistes de tous horizons dans le domaine de la bioénergie et pour explorer le potentiel économique des ressources renouvelables que sont les résidus de la forêt et les plantes agricoles propices à produire de l'énergie.

Ce rendez-vous de travailleurs forestiers, d'agriculteurs, de coopérateurs et de scientifiques a été planifié par le Centre local de développement (CLD) du Haut-Saint-François. Robert Myre, commissaire agro-forestier, assisté de Jerry Espada, agent rural, et Simon Bhérer, conseiller en gestion d'entreprises, ont organisé ce colloque pour sensibiliser la population à la ressource énergétique provenant de la biomasse sylvestre et agraire.

Robert Roy, maire de East Angus, emballé par cette rencontre, rappelait à juste titre d'ailleurs que la Ville s'est bâtie à partir de la richesse forestière. «J'apprends beaucoup aujourd'hui», confiait-il. Il ajoutait: «Je vois d'un bon œil un projet de chaufferie en réseau pour climatiser les bâtiments publics».

Michel Lachance, du Centre québécois de valorisation des biotechnologies, a présenté un état de la situation et les opportunités que peut offrir le chauffage à la biomasse, alors que Cyril Néron, premier directeur au Service innovation et croissance, a rappelé le leadership et l'importance de cette filière pour la Coop fédérée, entre autres, par le biais de la section Énergie Sonic. La Coop fédérée du Québec, qui a un chiffre d'affaires de quelque 7 G$ et qui embauche 15 300 employés, cherche depuis 2009 à trouver de nouveaux vecteurs de croissance pour valoriser les terres marginales et les résidus de culture.

Il existe, selon leurs données, entre 300 000 à 550 000 hectares (ha) de ce type de sol qui sont peu ou pas exploités. S'additionnent à cette richesse le foin de 3e qualité, les grains déclassés, les résidus laissés par la culture de 360 000 ha de maïs-grain, de 236 000 ha de soya, de 232 000 ha de céréales et de 11 000 ha de canola. Ce qui aboutit à un potentiel annuel d'une biomasse agricole de l'ordre de 3,2 à 5 millions de tonnes métriques sèches (TMS) sans toucher à la chaîne alimentaire. Les résidus sylvicoles ajoutent 3,2 millions TMS.

Eugène Gagné, directeur adjoint à la Fédération québécoise des coopératives forestières, s'est penché sur la logistique d'une suite d'approvisionnement qui serait adaptée aux besoins particuliers des chaufferies institutionnelles et commerciales et André Savard, de Gestion PMI enr., a présenté quelques projets de chaufferie fonctionnant avec de la biomasse. Par la suite, André Vézina, chercheur chez Biopterre, s'est entretenu de celui de la meunerie de Saint-Philippe-de-Néri, où, avec la division Agriculture de Groupe coopératif Dynaco et Biopterre - Centre de développement des bioproduits, ils ont construit une usine de biomasse et ils ont procédé à une première récolte de saule-osier.

Huguette Martel, agronome MAPAQ Estrie, a comparé les rendements de diverses plantes graminées annuelles, des vivaces et de saules à croissance rapide. Leur coût de production est faible et la cueillette se fait avec le même outillage que le fourrage, sauf pour le buisson. Outre son potentiel de rétention des berges et la fertilisation des forêts, ce végétal serait bien adapté aux terres du HSF.

André Piette, coordonnateur chez BioÉnergie Mégantic, a fait part de ses expériences de cultivateur, conditionneur et utilisateur de la biomasse, mentionnant particulièrement les avantages de profiter des sols en friche sans risque d'érosion, de fournir un approvisionnement stable, prévisible en coût comme en volume, tout en assurant un revenu à une chaîne de producteurs et autres, du transporteur à l'utilisateur. Lors de ses années d'expérimentation, il a pu estimer les avantages et les inconvénients de plusieurs types de végétaux et d'outillages destinés à la récolte et surtout, les coûts de chacun.

Les deux scientifiques, Jean-Michel Lavoie, professeur et chercheur à l'Université de Sherbrooke et François Gobeil, agronome chez Biopterre, se sont entretenus des types de carburants produits par différents processus tels la pyrolyse et la torréfaction donc les granules et le biochar, mentionnant au passage que la biométhanisation et la production d'éthanol de 2e et 3e génération sont à nos portes.

Robert Myre a vu dans cette journée un bel éventail de participants. Du producteur aux porteurs de projet en passant par les scientifiques, tous ont pu apprendre quelque chose. «Les conférenciers ont fait des présentations simples; ç'a été bien apprécié».

Le mot de la fin appartient à André Roy, travailleur forestier et président du Syndicat des producteurs de bois de l'Estrie. «Ça va attendre encore quelques années avant que la biomasse forestière soit payante. Le prix des énergies comme le pétrole et l'électricité sont encore trop bas. Il faut qu'elles montent pour que ça devienne intéressant».


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Retrouvé sans vie dans sa résidence : une enquête est ouverte

Retrouvé sans vie dans sa résidence : une enquête est ouverte
Valcourt profite des grands froids pour monter ses pistes

Valcourt profite des grands froids pour monter ses pistes
NOS RECOMMANDATIONS
Homme recherché pour un vol qualifié à Rock Forest

Homme recherché pour un vol qualifié à Rock Forest
Démarrer l’année en force !

Démarrer l’année en force !
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Hyundai Sherbrooke - janvier 2018
 
Jessica Mackey, Via L'Attitude
Vendredi, 19 janvier 2018
Manger en pleine conscience

René Dubreuil
Vendredi, 19 janvier 2018
Les nouvelles rondes de René

Guillaume Rousseau
Vendredi, 19 janvier 2018
Réflexion sur l’accès à la justice en matière criminelle

Rosemarie Lacroix
Jeudi, 18 janvier 2018
Ces maladies camouflées

Isabelle Fournier
Jeudi, 18 janvier 2018
Mon ado et les tâches...

Alexandre Dagenais
Jeudi, 18 janvier 2018
La culture de légumes à l’intérieur, c’est possible?

Marianne Therriault
Mercredi, 17 janvier 2018
Faire pousser nos cheveux: pas si facile?

Catherine Côté
Mercredi, 17 janvier 2018
Tendances à surveiller en 2018

Daniel Nadeau
Mercredi, 17 janvier 2018
Histoire et récits : façonner le monde

Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke
Lundi, 15 janvier 2018
Le projet CLASS : un atout pour la réussite

François Fouquet
Lundi, 15 janvier 2018
Apprécier quoi, au juste?

Bedon & bout'chou
Un nouveau visage à la Fondation Cégep de Sherbrooke Par Vincent Lambert Mercredi, 17 janvier 2018
Un nouveau visage à la Fondation Cégep de Sherbrooke
Démarrer l’année en force ! Par Alexandre Hurtubise Vendredi, 12 janvier 2018
Démarrer l’année en force !
Quoi faire ce week-end Par Cynthia Dubé Vendredi, 12 janvier 2018
Quoi faire ce week-end
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous