Fête du Lac des Nations 2018
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 
3°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
  Matières recyclables: la collecte prévue lundi dernier a lieu demain, vendredi (à moins d'un revirement de situation).
 
ACHETEZ EstriePlus.com
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
Radioactif Forfait Internet mai 2018
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / Actualité
Jean-Claude Vézina Par Jean-Claude Vézina
info@journalhsf.com

Mercredi, 5 décembre 2012

La diversification gage de succès pour Plantation Léopold et Carole Tessier



 Imprimer   Envoyer 

Située dans les espaces ouverts donnant sur les collines de Saint-Isidore-de-Clifton, la plantation Léopold et Carole Tessier produit des arbres de Noël et des cèdres en pot. Les propriétaires misent sur la diversification de leur production pour affronter la réalité économique qui fait en sorte que l'industrie est moins rentable qu'auparavant. Ils confectionnent surtout des couronnes et des guirlandes à partir des paquets de branches qu'ils achètent dans les environs.

Ce faisant, le couple chaperonne les quelque 40 000 conifères en croissance sur les 40 acres qu'ils leur consacrent. «Nous avons à peine vendu un voyage d'arbres provenant de chez nous, indique la propriétaire. Nous attendons que la plantation soit à maturité. Nous en sommes bien contents parce que le marché n'est pas terrible ces temps-ci».
Le couple mise sur la transformation des branches de conifères. De 4 h 30, à la grosse noirceur, Mme Tessier et ses employés se démènent comme des diables dans l'eau bénite pour confectionner des couronnes et des guirlandes de toutes dimensions. Conducteurs d'autobus scolaires ou autres travailleurs à temps partiel, les ouvriers tissent ces décorations entre deux quarts de travail.

Leur plantation est chouchoutée: conservation d'un couvert végétal qui maintient un taux d'humidité constant, fauchage des «indésirables» plutôt que des épandages de produits chimiques. «Nous les utilisons quand on voit que les insectes nuisibles prennent le dessus». C'est que Mme Tessier a grandi à St-Cyrille où sa famille cultivait de façon biologique les tomates et les fleurs en serres. Elle en a gardé les principes.

En 1960, M. Tessier a acheté, à Chartierville, une terre en fin d'exploitation. Mariés en 1979, ils la retravaillent pour la revendre plus tard. En 1985, ils s'installent à Randboro, près de Sawyerville. Ils poursuivent leur carrière de producteurs en diversifiant leurs cultures. Ils ont lancé depuis quelques années la production de cèdres ornementaux en pot. «Nous procédons par bouture plutôt que d'arracher dans la nature de jeunes pousses qui trop souvent meurent à cause du stress qu'elles subissent. Les nôtres poussent dans le contenant du début à la fin», décrit la propriétaire. Nous en avons qui font bien 5 pieds de hauteur et tous sont en pleine forme. Nous les taillons régulièrement pour qu'ils aient une forme idéale.

Acheteurs accrédités de sirop d'érable, le couple le transforme en un lot surprenant de friandises meilleures les unes que les autres. De la fin novembre au 24 décembre, tout de suite après la production de couronnes et guirlandes, Mme Tessier change de «métier» pour devenir étalagiste au Carrefour de l'Estrie où elle tient échoppe. Dans l'atelier culinaire d'une propreté irréprochable, on prépare des chocolats, barbe à papa, minicornets, sirop, tire, etc., qui sont offerts aux visiteurs. «Tout ce que tu vois là, ça entre dans le camion et on se rend au Carrefour du 28 novembre au 24 décembre». Emballée dans des boîtes et encore des boîtes, la cargaison est prête à partir. Depuis une vingtaine d'années, Mme Tessier tient aussi kiosque dans les expositions estivales. Elle offre des beignes et des aliments où entrent les produits de l'érable.

Mme Tessier, souriante malgré l'énormité de la tâche, ne regrette rien. Au contraire, son dynamisme est tel qu'on la sent en contrôle. «Je ne sais pas ce que c'est que des journées de 12 heures, lance-t-elle en riant, alors que déjà, elle traversait dans la salle où se trouve la cuisine pour procéder au chargement des gourmandises à l'érable. 


Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Le rock’n roll, une science présentée au Musée

Le rock’n roll, une science présentée au Musée
Cité-École et Héma-Québec : un immense succès!

Cité-École et Héma-Québec : un immense succès!
NOS RECOMMANDATIONS
Le rock’n roll, une science présentée au Musée

Le rock’n roll, une science présentée au Musée
Le colis suspect contenait de la nourriture

Le colis suspect contenait de la nourriture
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Hyundai Sherbrooke - juin 2018
 
Sarah-Eve Desruisseaux
Jeudi, 21 juin 2018
Faites-nous confiance!

Daniel Nadeau
Mercredi, 20 juin 2018
Fêter la nation québécoise

Catherine Côté
Mercredi, 20 juin 2018
Mode homme – Les tendances de l’été

Cégep de Sherbrooke
Lundi, 18 juin 2018
Oser le monde au Cégep de Sherbrooke!

François Fouquet
Lundi, 18 juin 2018
Il est où, l’essentiel, il est où?

Golf et Académie Longchamp inc. 2018
L’autisme dans le ventre? Par Pierre-Olivier Pinard, B.sc. CFMP Vendredi, 15 juin 2018
L’autisme dans le ventre?
Oser le monde au Cégep de Sherbrooke! Par Cégep de Sherbrooke Lundi, 18 juin 2018
Oser le monde au Cégep de Sherbrooke!
L'histoire derrière le Défi Félix Par Vincent Lambert Mardi, 19 juin 2018
L'histoire derrière le Défi Félix
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous