magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 
-10°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
  CIUSSS de l’Estrie–CHUS: appel de candidatures (emplois étudiants inclus). Mercredi, de de 15 à 19 h, au 1621 rue Prospect.
 
Memphrémagog - journal
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / Actualité
Jean-Claude Vézina Par Jean-Claude Vézina
info@journalhsf.com

Mercredi, 21 novembre 2012

La Passerelle invite la population à les reconnaître



 Imprimer   Envoyer 

Un total de 1003 femmes et enfants ont été tués au Québec par des hommes dans un contexte de violence, depuis le 6 décembre 1989, journée où 14 jeunes dames, à la Polytechnique de Montréal, ont péri sous les balles de Marc Lépine (de son vrai nom Gamil Gharbi).

Pour se souvenir et s'ouvrir les yeux face aux différentes formes de violence, La Passerelle organise 12 jours d'action contre les maltraitances dirigées vers les femmes. Ils se tiendront du 25 novembre au 6 décembre. Mettre fin à cette virulence, qu'on pourrait croire disparue et faire prendre conscience de ce phénomène, voilà ce qui motive les efforts qu'investissent La Passerelle et La Méridienne, deux organismes voués à la défense et la promotion des droits des femmes.

À Cookshire, le 21 novembre, à 19 h, une rencontre aura lieu lors de laquelle il sera question de la prostitution et de la traite des femmes. Le 25, La Passerelle distribuera partout sur le territoire, les rubans et les bougies commémoratives et l'outil de sensibilisation «Suis ton feeling». Le 27, à Weedon, à 18 h 30, le sujet portera sur le cycle de la violence conjugale. Le 5 décembre, encore à Weedon, vers les 18 h 30, on discutera de l'inceste, encore un sujet tabou. Enfin, le 6 décembre sera consacré à se souvenir de la tuerie des 14 femmes à la Polytechnique. Andrée incite la population à allumer nos bougies pour commémorer l'événement. Pour celles et ceux qui voudraient distribuer des rubans et des bougies, contactez La Passerelle.

Les agressions dirigées contre elles sont nombreuses. Certaines frappent l'imaginaire comme la lapidation ou l'excision. D'autres sont plus perfides et sournoises comme la discrimination, le harcèlement sexuel au bureau, etc. «Les violences portent atteinte à la dignité, à la liberté et au droit à l'égalité de toutes», rappelle Andrée, animatrice à La Passerelle, appuyée en cela par Annie, intervenante sociale à La Méridienne et Marie-Pier, stagiaire en travail social.

Poursuivant sur sa lancée, l'animatrice affirme que la violence envers les filles et les femmes continue d'exister parce qu'on ne les croit pas. On dira: «Le fond de l'histoire, on ne la connaît pas...». Les «radios X», pour reprendre une expression consacrée, et les «psys» sensationnalistes qui les fréquentent reproduisent à l'excès ce genre de propos.
De même, cette agressivité perdure parce qu'on excuse les hommes. «Il a toujours eu mauvais caractère». «Tu n'as pas le tour avec lui». Au travail, dans les cas de harcèlement, on entendra: «Tu ne prends pas les blagues». D'autres euphémismes reprennent des excuses du genre qui en affaiblissent les conséquences.

Si on connaît un «vieux mononcle cochon», on dira à la jeune fille: «Ne t'approche pas de lui». C'est à la fillette ou au garçonnet qu'incombera l'odieux de s'éloigner de lui et de subir, dans bien des cas, ses sarcasmes. Andrée explique que ce conseil déresponsabilise le bourreau. «On accepte implicitement qu'il soit agresseur à la condition que ça se passe ailleurs qu'à la maison».

Encore, on va garder le silence. Par peur des conséquences, on évitera de reconnaître des faits, on banalisera l'agression. «Meurtre» sera remplacé par «drame familial». Toute cette attitude à refuser de voir les agressions contre les femmes renforce la loi du silence qui fait unanimité lors de sévices.

Enfin, la société propage des stéréotypes. Publicités pour parfums, émissions de télé, le look «obligé» de boîtes de nuit, sites sur le Web... Les rôles femmes-hommes sont bien campés dans les cas de sexisme. «La femme accompagne l'homme, le met en valeur», reconnaît Marie-Pier.

La reconnaissance de la violence sexiste reste omniprésente, ici, au Québec, comme partout dans le monde. Ce sera un grand pas en avant que de le reconnaître. Ces 12 journées ont été instituées pour qu'on y pense, pour qu'on reconnaisse le travail qu'il y a à faire avant d'en arriver à une réelle liberté de la femme. Douze jours pour réaliser que ces violences sont une atteinte à la dignité, au droit et à l'égalité de toutes.


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Vivre à l’étranger, sans attache ni remords

Vivre à l’étranger, sans attache ni remords
Record de froid intense

Record de froid intense
NOS RECOMMANDATIONS
Célibataire ? Tu dois être folle !

Célibataire ? Tu dois être folle !
Martin Coiteux visite des entreprises à succès à Magog

Martin Coiteux visite des entreprises à succès à Magog
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Hyundai Sherbrooke - janvier 2018
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 17 janvier 2018
Histoire et récits : façonner le monde

Catherine Côté
Mercredi, 17 janvier 2018
Tendances à surveiller en 2018

Marianne Therriault
Mercredi, 17 janvier 2018
Faire pousser nos cheveux: pas si facile?

François Fouquet
Lundi, 15 janvier 2018
Apprécier quoi, au juste?

Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke
Lundi, 15 janvier 2018
Le projet CLASS : un atout pour la réussite

Bedon & bout'chou
La culture et la confiture Par Daniel Nadeau Mercredi, 10 janvier 2018
La culture et la confiture
Démarrer l’année en force ! Par Alexandre Hurtubise Vendredi, 12 janvier 2018
Démarrer l’année en force !
Incendie dans une maison centenaire rue Prospect Par Cynthia Dubé Vendredi, 12 janvier 2018
Incendie dans une maison centenaire rue Prospect
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous