magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 
-4°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / Actualité
Pierre Hébert Par Pierre Hébert
pierre@journalhsf.com

Mercredi, 24 octobre 2012

Policier accusé de pornographie juvénile



 Imprimer   Envoyer 

L'arrestation et les accusations de possession de pornographie juvénile et d'avoir produit ce matériel à l'endroit du policier François Blouis, de la Sûreté du Québec, détachement Haut-Saint-François, qui a oeuvré pendant neuf ans comme agent chargé du programme d'intervention en milieu scolaire (PIMS) à la Cité-école Louis-Saint-Laurent à East Angus, a déclenché une véritable onde de choc au sein de l'établissement scolaire. Un peu plus d'une semaine après cette annonce, l'école n'avait toujours pas reçu de communication de parents ou d'élèves pouvant relever des situations particulières envers le policier, et ce, au grand soulagement du directeur Claude D. Giguère.

«Quand c'est arrivé, on a formé rapidement un comité de crise de trois personnes, Mme Annie Garon, secrétaire générale et responsable des communications à la (CSHC), Jocelyn Rose, de la SQ du Haut-Saint-François, et moi-même. On a rencontré tout le personnel à 10 h 20 le matin, pour les informer de la situation, pour qu'ils en parlent aux élèves et en profitent pour faire de l'éducation. On leur a demandé que si jamais il était arrivé quelque chose à un ou des élèves de nous le rapporter. On a fait une lettre commune, la commission scolaire et la Sûreté du Québec, avisant les parents de la situation. On l'a remise aux élèves la journée même pour qu'ils la remettent à leurs parents. Je n'ai pas pris de chance, j'ai également envoyé la lettre par la poste, la journée même, à tous les parents», d'exprimer M. Giguère.

Le document dont le journal a obtenu copie précise que le policier travaillait pour la Sûreté du Québec, mais qu'il intervenait dans l'école comme agent du PIMS depuis 2003. Son mandat était de faire de la prévention et de l'intervention au besoin. Il est également précisé que l'institution scolaire n'avait jamais reçu de plaintes de parents, d'élèves ou de membres du personnel envers le policier en lien avec les accusations portées contre lui.

On mentionne également que l'enquête tend à démontrer que les gestes reprochés au policier n'ont jamais eu lieu dans l'environnement scolaire. Le seul endroit identifié par l'enquête et qui a été perquisitionné est le domicile de M. Blouin où on a saisi du matériel informatique. Dans la missive, on invite toute personne qui aurait de l'information concernant cette affaire ou qui aurait besoin d'un support de services professionnels de la commission scolaire de communiquer soit avec la SQ ou la direction de la polyvalente.

«C'est rassurant. Ça fait un peu plus d'une semaine qu'on a envoyé la lettre et j'ai reçu zéro commentaire de parents. Aucun événement n'a été rapporté par les élèves, je suis soulagé». M. Giguère ajoute que les instances concernées prennent la chose très au sérieux. «On a agi rapidement, car on veut que les parents continuent à faire confiance à l'école». M. Giguère mentionne que l'agent Blouin avait terminé son engagement avec la fin de l'année scolaire en juin dernier. Le poste est pourvu par un nouvel agent, Benoit Richard.

Le policier, qui compte une vingtaine d'années d'expérience, a été arrêté à son domicile de Sherbrooke. Il a comparu devant la justice. L'accusé subit présentement une évaluation psychiatrique effectuée par le département de psychiatrie légale du CHUS et sera de retour devant la justice le 30 octobre prochain.


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Un projet d’investissement de 11 M $ chez American Biltrite

Un projet d’investissement de 11 M $ chez American Biltrite
Meurtre à Rock Forest : Tom Néron comparait

Meurtre à Rock Forest : Tom Néron comparait
NOS RECOMMANDATIONS
Des centaines d’emplois étudiants à combler à Sherbrooke

Des centaines d’emplois étudiants à combler à Sherbrooke
Un Beer Garden à ciel ouvert au centre-ville de Magog ?

Un Beer Garden à ciel ouvert au centre-ville de Magog ?
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Hyundai Sherbrooke - janvier 2018
 
Jessica Mackey, Via L'Attitude
Vendredi, 19 janvier 2018
Manger en pleine conscience

René Dubreuil
Vendredi, 19 janvier 2018
Les nouvelles rondes de René

Guillaume Rousseau
Vendredi, 19 janvier 2018
Réflexion sur l’accès à la justice en matière criminelle

Rosemarie Lacroix
Jeudi, 18 janvier 2018
Ces maladies camouflées

Isabelle Fournier
Jeudi, 18 janvier 2018
Mon ado et les tâches...

Alexandre Dagenais
Jeudi, 18 janvier 2018
La culture de légumes à l’intérieur, c’est possible?

Marianne Therriault
Mercredi, 17 janvier 2018
Faire pousser nos cheveux: pas si facile?

Catherine Côté
Mercredi, 17 janvier 2018
Tendances à surveiller en 2018

Daniel Nadeau
Mercredi, 17 janvier 2018
Histoire et récits : façonner le monde

Bedon & bout'chou
Chevrolet Corvette GXE 2018 Mardi, 16 janvier 2018
Chevrolet Corvette GXE 2018
Des possibilités de carrière stimulantes à la CSRS! Vendredi, 19 janvier 2018
Des possibilités de carrière stimulantes à la CSRS!
Un Beer Garden à ciel ouvert au centre-ville de Magog ? Par Cynthia Dubé Mercredi, 17 janvier 2018
Un Beer Garden à ciel ouvert au centre-ville de Magog ?
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous