La Maison Aube-Lumière - poinsettias 2018
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
  Erreur de traitement

détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / La une
Jean-Claude Vézina Par Jean-Claude Vézina
info@journalhsf.com

Mardi, 1 juin 2010

Dr Gabriella Kibos pratique enfin au CLSC de Weedon


1 juin 2010

 Imprimer   Envoyer 

Après un long périple qui l'a menée de sa Roumanie natale jusqu'à St-Gérard, Gabriella Kibos peut enfin pratiquer la médecine familiale à Weedon. Son mari, Ambrose Kibos et leurs trois enfants sont heureux de s'être enfin ancrés dans ces grands espaces qu'ils découvrent de leur nouvelle demeure.

Ce petit bout de femme au sourire engageant et au courage édifiant apprécie ce nouveau port d'attache où elle trouve enfin à pratiquer la médecine familiale, ce dans quoi elle s'était formée en Roumanie. Après deux mois de service au sein du CLSC de Weedon, elle est charmée par les gens avec qui elle travaille. Elle n'a que de bons mots pour les médecins Béliveau, Leblanc, Cloutier qui œuvrent avec elle à la santé des gens de la région. Elle souligne en riant, ce trait de caractère particulier du docteur St-Pierre qui, à 74 ans, est «l'homme hi-tec » de son groupe.

Arrivés à Montréal durant l'été 2007, Ambrose, cardiologue originaire du Kenya, Gabriella, David, le premier-né à Bucarest, Victoria, qui a vu le jour à Marseille et le petit Peter, qui lui s'est présenté le bout du nez à Montréal, s'apprêtaient à vivre le long processus d'intégration et de formation qui les ont fait choisir la municipalité de Weedon-St-Gérard comme milieu «où il fait bon vivre».

Pour pouvoir à nouveau pratiquer la médecine familiale, docteur Kibos a dû suivre l'ardue mise à niveau de ses connaissances pour obtenir son permis de pratique. Études, stages d'évaluation, entrevues réalisées à travers le Québec furent son lot pendant plus de 2 ans. Lorsqu'elle s'est présentée à Weedon, le directeur général du CLSC, M. Jacques Boissonneau, l'a chaleureusement accueillie et il l'a aidée à passer à travers toutes ces fastidieuses démarches. «En plus d'écouter, il agit», rappelle-t-elle avec une note admirative dans la voix.

Les différences dans la pratique médicale dans les pays où elle a exercé sont déconcertantes. En Europe, les médecins travaillent 5 h par jour. La hiérarchisation domine le climat des relations entre les généralistes et les spécialistes. Le médecin en pratique familiale réfère tous les cas plus graves aux spécialistes. En Roumanie, les deux catégories de praticiens fonctionnent à part presque égale tandis qu'au Québec, l'omnipraticien fait environ 80 % du travail. «Nous avons plus de chance de suivre nos patients tout au long de leur parcours», ce qui pour elle est très satisfaisant.

Contrairement à ce qui se passe en Europe, les médecins d'ici n'ont pas de contrainte horaire. «Même qu'au Québec, tous les travailleurs ont tendance à être «accrocs» au travail», a-t-elle constaté depuis son arrivée. Se référer à un spécialiste pour approfondir un diagnostic est facile. «Ce n'est pas la position dans la hiérarchie qui compte ici, c'est le patient», et cela, elle l'apprécie beaucoup.

Reste malgré tout à s'adapter aux spécificités du Québec... «Se promener le dimanche en «char», aller chez le «ramancheur», etc.», lui ont causé quelques problèmes, mais c'est en riant qu'elle en parle. Et elle ajoute, pince-sans-rire que c'est pour elle plus anecdotique que problématique parce qu'à la maison, «on utilise indistinctement dans la même phrase du roumain, de l'anglais et du français pour communiquer».

Tous leurs déplacements internationaux les ont obligés à se créer de nouveaux réseaux d'amis. La famille Kibos a développé, à Montréal, des amitiés avec d'autres familles mixtes comme la leur. Depuis leur arrivée à St-Gérard, ils les invitent à apprécier les plaisirs des grands espaces.

Les enfants s'adaptent bien à leur nouvelle vie. David fréquente l'école primaire dans la Commission scolaire des Appalaches. Il suit les activités du club scientifique et pratique l'acrobatie, discipline disponible à son école. La différence entre l'école internationale de Montréal, où il allait, et, ici, est grande. «Là-bas, il avait une demi-heure de devoirs par semaine. Ici, c'est tous les jours qu'il doit en faire», confie-t-elle. Il joue au soccer à East Angus avec des enfants plus vieux que lui parce qu'il réussit bien. «Cependant, ça fait beaucoup de déplacements», constate docteur Kibos. Les deux plus jeunes fréquentent avec plaisir la garderie locale.

Malgré les difficultés qu'elle a vécues avant d'obtenir son droit de pratique, elle n'en regrette rien. Au contraire, elle a pu mieux profiter de la présence de son troisième enfant, Peter, aujourd'hui âgé de deux ans.


La Maison Aube-Lumière - poinsettias 2018
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Un ado roule à 106 km/h dans une zone de 50 devant le poste de police

Un ado roule à 106 km/h dans une zone de 50 devant le poste de police
Déjà 400 bénévoles inscrits pour l’Opération Nez Rouge

Déjà 400 bénévoles inscrits pour l’Opération Nez Rouge
NOS RECOMMANDATIONS
Nouvelle expérience immersive pour le vélo

Nouvelle expérience immersive pour le vélo
Des concerts de  Noël  à profusion

Des concerts de Noël à profusion
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Fondation Rock-Guertin - Collectes de denrées 2018
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Val Estrie Ford - mai 2018
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 12 décembre 2018
Les accoutrements ridicules

William Lafleur
Mercredi, 12 décembre 2018
Prend les devants avant de tirer de l'arrière

Cégep de Sherbrooke
Mercredi, 12 décembre 2018
Stage au Nicaragua : Jocelyne Lacasse se souvient

Alexis Jacques
Mardi, 11 décembre 2018
Le charme parisien

François Fouquet
Lundi, 10 décembre 2018
L’esprit des Fêtes… ou les esprits de Fêtes!

Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Mort suspecte d'une femme à Brompton Par Vincent Lambert Mardi, 4 décembre 2018
Mort suspecte d'une femme à Brompton
Nouvelle expérience immersive pour le vélo Par Vincent Lambert Vendredi, 7 décembre 2018
Nouvelle expérience immersive pour le vélo
Il met le feu dans sa chambre à l’Université de Sherbrooke Par Cynthia Dubé Lundi, 10 décembre 2018
Il met le feu dans sa chambre à l’Université de Sherbrooke
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous