La Maison Aube-Lumière - poinsettias 2018
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
  Erreur de traitement

détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / La une
Jean-Claude Vézina Par Jean-Claude Vézina
info@journalhsf.com

Lundi, 31 mai 2010

Enerkem à Westbury deviendra une usine de production


31 mai 2010

 Imprimer   Envoyer 

«L'usine pilote d'Enerkem fondée en 2000 par Esteban Chornet deviendra bientôt une usine de production d'éthanol», confirme Denis Arguin, vice-président aux communications, sans toutefois en spécifier la date.

Du même souffle, il ajoute: «Des 15 employés que nous avons actuellement et qui travaillent de jour et de nuit, nous monterons à plus de 45. C'est sans compter tous les sous-entrepreneurs que nous embauchons pour des tâches particulières». Et M. Arguin complète: «À partir des 100 000 tonnes de matière résiduelle que peuvent fournir les environs, l'entreprise sera rentable». Mentionnons qu'une tonne de résidus secs produit 360 litres (95 gallons) d'éthanol.

Il en a coulé de l'eau sous les ponts depuis que le père de M. Chornet opérait une scierie dans son Espagne natale. Il y produisait, à même les résidus d'opération, l'électricité pour leur village. Il avait inventé un procédé proche de celui mis au point par son fils Esteban, professeur de chimie à l'Université de Sherbrooke et fondateur de la compagnie. Il l'a amélioré jusqu'à en faire la raison d'être de l'usine Enerkem qui transforme les matières riches en carbone en éthanol.

Enerkem est installée dans Westbury, sur les terrains de l'ancienne bricade. «Enerkem est un prolongement du département de chimie de l'Université de Sherbrooke où se peaufinent les recherches sur la production d'éthanol et autres sous-produits. Ici, on expérimente la production et bientôt on fonctionnera de façon industrielle», spécifie M. Arguin.

Pour l'instant, on y parachève les derniers réglages de l'appareillage qui sera utilisé pour l'usine de production construite sur le même site. On y produira des gaz de synthèse tels l'éthanol, la gazoline et le diésel synthétique, des alcools et du méthanol très utilisé dans l'industrie. «La voie ferrée, l'approvisionnement à proximité, l'aéroport, etc. ont été des éléments qui nous ont fait pencher en faveur de ce site», rappelle-t-il.

Trois types de matières premières sont revalorisés en éthanol et autres sous-produits. La principale source d'approvisionnement provient de la biomasse urbaine constituée principalement de matières résiduelles triées, des déchets institutionnels, commerciaux et industriels, des déchets de rénovation, de construction et de démolition et du bois traité tel celui de Trèd'Si. On utilise aussi les résidus agricoles de la canne à sucre, les tiges de maïs, la paille du blé et les écorces de riz. Les résidus forestiers comme les copeaux, sciures de bois, écorces, branches, souches et cimes des arbres complètent la liste.

Le principe de transformation de la biomasse par le procédé mis au point par M. Chornet favorise le développement durable. Plutôt que d'enfouir la matière résiduelle qui produit beaucoup de méthane, il l'utilise pour produire de l'éthanol qui est principalement ajouté à l'essence de nos voitures pour l'instant. L'entreprise n'utilise pas non plus le maïs comme aux États-Unis. Ce pays en transforme 57 milliards de barils qui n'entrent plus dans la chaîne alimentaire humaine ou animale.

Ce faisant, on réduit l'émission de gaz à effet de serre et le volume de déchets à enfouir. On ira éventuellement jusqu'à remplacer l'essence provenant du pétrole. Ce qui reste de la masse de résidus traités peut être employé dans certains matériaux de construction. Le principe de transformation est autosuffisant (et plus) du point de vue de l'utilisation de l'énergie puisqu'il en produit plus, sans compter le surplus de chaleur qui s'en dégage qui pourrait être canalisé à d'autres fins. C'est aussi un procédé qui utilise peu d'eau, même qu'avec certains matériaux de base, il en libère un surplus qui est réinjecté dans le circuit.
Là où ce procédé devient encore plus intéressant, c'est qu'il peut être implanté près des lieux où un approvisionnement minimal constant de 100 000 tonnes de matières résiduelles est produit, par exemple, près de villes de la taille de Sherbrooke et région.
L'entreprise a le vent dans les voiles. En février dernier, Vincent Chornet, fils du fondateur de la compagnie, président et chef de la direction d'Enerkem, concluait une entente de partenariat avec Waste Management lors d'une ronde de financement stratégie de 53,8 M$ pour la construction d'une usine de transformation de matière résiduelle d'un million de tonnes à Edmonton. Une autre est prévue au Mississippi.
Selon M. Arguin, le procédé Enerkem pourrait être utilisé pour assainir les eaux contaminées provenant des bassins de lixiviation des sables bitumineux ou, encore, plus à la mode ces jours-ci, des pétroles s'échappant du puits de forage de la British Petroleum dans le golfe du Mexique.


La Maison Aube-Lumière - poinsettias 2018
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Du mentorat pour les entrepreneurs sherbrookois

Du mentorat pour les entrepreneurs sherbrookois
Global Excel investit 6 M$ à Sherbrooke

Global Excel investit 6 M$ à Sherbrooke
NOS RECOMMANDATIONS
L’or et rien d’autre pour Alexie Guay

L’or et rien d’autre pour Alexie Guay
Groupe Custeau remet 50 000$ à l’école Larocque

Groupe Custeau remet 50 000$ à l’école Larocque
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Val Estrie Ford - mai 2018
 
François Fouquet
Lundi, 17 décembre 2018
Le saumon et le dollar

Cégep de Sherbrooke
Lundi, 17 décembre 2018
Le Cégep, premier lieu d'expérimentation pédagogique

Pierre-Olivier Pinard, B.sc. CFMP
Vendredi, 14 décembre 2018
Tout sur le sommeil (part 2)

Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Granby fait un «clin d'oeil» à Sherbrooke Par Vincent Lambert Jeudi, 13 décembre 2018
Granby fait un «clin d'oeil» à Sherbrooke
Groupe Custeau remet 50 000$ à l’école Larocque Par Cynthia Dubé Mardi, 11 décembre 2018
Groupe Custeau remet 50 000$ à l’école Larocque
Toyota Rav4 2019 Mardi, 11 décembre 2018
Toyota Rav4 2019
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous