magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 
-2°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
  La croix lumineuse du mont Bellevue ne sera plus en fonction pour une durée indéterminée en raison d'un bris.
 
Memphrémagog - journal
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / La une
Eliane Thibault Par Eliane Thibault
ethibault@estrieplus.com

Mardi, 15 septembre 2009

Bourses d'études pour les finissants


15 septembre 2009

 Imprimer   Envoyer 

Des efforts récompensés

 

par Eliane THIBAULT

 

Persévérer pour terminer ses études n'est pas une mince tâche. Malgré tout, chaque année, la Polyvalente Louis-St-Laurent d'East Angus réussit à donner le goût à ses élèves d'obtenir leur diplôme d'études secondaires. Si tous les élèves francophones du Haut-Saint-François se retrouvent au même endroit pour leur apprentissage, les municipalités respectives tiennent à leur démontrer qu'elles sont fières d'eux.

 

Claude Giguère, directeur de la Polyvalente Louis-St-Laurent, croit que la réussite des jeunes passe par la communauté. «Si les jeunes ont un esprit d'appartenance à leur milieu, ils pourront y trouver les encouragements nécessaires pour la poursuite de leurs études», explique-t-il.

 

Afin de mettre en pratique cette théorie, un comité sur la persévérance et la réussite scolaire a été mis sur pied. Durant des rencontres bihebdomadaires, les membres tentent de trouver des solutions pour contrer le décrochage scolaire. De là est sortie l'idée d'impliquer les municipalités du Haut-Saint-François.

 

Pour chaque finissant qui a son diplôme en poche, une bourse d'un montant variant entre 200 $ et 300 $ leur est remise, en plus d'un diplôme honorifique. Le tout se fait durant une soirée organisée par chacune des municipalités où les efforts et les projets des élèves sont mis en valeur. «L'an passé, nous avions fait l'expérience à Weedon et ça avait bien fonctionné. Cette année, 10 municipalités ont décidé d'embarquer. C'est tellement un projet populaire que certaines Caisses Desjardins ont même décidé d'ajouter un montant supplémentaire à celui déjà offert», raconte M. Giguère.

 

L'implication du milieu

Le coup d'envoi pour ces soirées s'est donc fait à Lingwick le 8 septembre dernier. Sinon, les municipalités de St-Isidore-de-Clifton, Scotstown-Hampden, Dudswell, Weedon, Bury, La Patrie, Chartierville, Westbury et Newport décoreront elles aussi leurs finissants. «Pour les villes qui n'ont pu participer, ce n'était pas par manque d'intérêt envers le projet, mais plutôt une question de budget», précise Claude Giguère.

 

Visiblement fière de cette cohorte, la mairesse de Lingwick et enseignante à la retraite, Céline Gagné, n'a pas manqué de souligner que la persévérance scolaire doit être une priorité. Dans un discours s'adressant aux élèves, elle a également mentionné que cette relève instruite ne pourra qu'enrichir le Québec.  

 

D'ailleurs, Mme Gagné a décidé d'y ajouter sa touche personnelle. Elle s'est rendue directement chez les jeunes concernés afin de leur expliquer en quoi consistait le projet.

 

Des élèves emballés

À Lingwick, ce sont six finissants qui accédaient à cette bourse. Parmi eux, Nancy Pelchat et Mathieu Rousseau étaient d'accord sur le fait que cette somme et les encouragements qui viennent avec leur donnaient le goût de persévérer.

Pour Nancy Pelchat, le parcours vers la réussite n'est pas facile, mais malgré tout, elle persévère. La jeune fille qui actuellement rattrape quelques matières espère devenir préposée aux bénéficiaires. Si devant ces difficultés plusieurs auraient tout abandonné, Nancy Pelchat fait quant à elle exemple de ténacité. «J'ai toujours pu compter sur mes parents et mes amis pour m'aider. Je sais que pour trouver du travail, il faut au moins le diplôme d'études secondaires et je veux me donner cette chance», explique-t-elle.

 

Quant à Mathieu Rousseau, il a préféré opter pour la formule des études combinées à des stages. «Je suis un manuel! Je n'aurais jamais continué si j'avais eu seulement des cours théoriques», affirme-t-il.

 

Celui qui possède actuellement un diplôme d'études professionnelles en agriculture et qui compte en obtenir un second comme opérateur de machinerie lourde, raconte qu'il a appris beaucoup plus qu'il espérait durant ses cours. «Je suis né sur une ferme. Je pensais que je savais tout ce qu'il y avait à savoir dans le domaine. Finalement, j'en ai appris beaucoup sur la comptabilité et le côté animal. Avec 900 heures de stage, je ne pouvais faire autrement».

 

Photo :

Les 4 finissants du secteur de Lingwick, CarolAnne Bourque, Mathieu Rousseau, Audrey Poulin et Nancy Pelchat.

 

 

 


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Invasion de domicile : une femme battue à coups de bâton

Invasion de domicile : une femme battue à coups de bâton
Monoxyde de carbone: plusieurs travailleurs victimes d’intoxication

Monoxyde de carbone: plusieurs travailleurs victimes d’intoxication
NOS RECOMMANDATIONS
4 enseignants passionnés lancent la fondation Le Goéland

4 enseignants passionnés lancent la fondation Le Goéland
L’importance de l’animal dans le développement de l’enfant

L’importance de l’animal dans le développement de l’enfant
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
magasingeneral.com
 
Alexandre Hurtubise
Vendredi, 16 février 2018
Marvel, toujours la même chose? Vraiment?

René Dubreuil
Vendredi, 16 février 2018
Les nouvelles rondes de René

Alexandre Dagenais
Jeudi, 15 février 2018
La rose: véritable enjeu environnemental

Rosemarie Lacroix
Jeudi, 15 février 2018
Apprendre le bonheur

Daniel Nadeau
Mercredi, 14 février 2018
Chasse aux sorcières

Catherine Côté
Mercredi, 14 février 2018
Petit guide pour se composer une garde-robe bien équilibrée!

Plus de 120 nouveaux emplois chez Nordia Sherbrooke Par Cynthia Dubé Mardi, 13 février 2018
Plus de 120 nouveaux emplois chez Nordia Sherbrooke
Hausse de la population à Sherbrooke Par Vincent Lambert Mercredi, 14 février 2018
Hausse de la population à Sherbrooke
4 enseignants passionnés lancent la fondation Le Goéland Par Cynthia Dubé Lundi, 12 février 2018
4 enseignants passionnés lancent la fondation Le Goéland
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous