magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 

Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / La une
Jean-Claude Vézina Par Jean-Claude Vézina
info@journalhsf.com

Mercredi, 23 octobre 2013

Des mesures sévères de contrôle



 Imprimer   Envoyer 

Au lendemain de la réunion du C.A. du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) du Haut-Saint-François qui réunissait quelque 150 citoyens de Weedon, M. Morand, dg du CSSS des Sources et du Haut-Saint-François, a souhaité rassurer la population du village. Les Weedonnais ont manifesté leur opposition à regrouper sous un même toit le CLSC et le CHSLD et à subir des coupures de lits.

Au cours d'une conversation téléphonique, M. Morand s'est fait rassurant. Dans le réaménagement des équipements et immeubles du CSSS à Weedon, il est fait mention qu'une ressource intermédiaire pour personnes en pertes cognitives modérées disposerait de 10 lits. Il n'y a pas de services publics pour ce genre de patient, expose-t-il dans un premier temps. Il indiquait qu'à Sherbrooke, un tel promoteur a une bonne expérience dans le domaine, ce qui n'en fait pas pour autant celui qui fournira l'hébergement à ces 10 patients dans le HSF.

Mais cette ressource privée assure-t-elle des soins d'aussi grande qualité que le réseau public? Rappelons que la veille, il avait été fait mention d'un taux de satisfaction du CLSC et du CHSLD tournant autour du 90 %. En réponse, M. Morand explique que l'Agence de la santé et des services sociaux (ASSS) a rédigé un programme de procédures pour régir ce type d'établissement. Dans un premier temps, il y a appel d'offres pour trouver un promoteur. Celui-ci doit satisfaire à toute une série de conditions pour recevoir l'accréditation de l'ASSS. Le protocole qui détermine le fonctionnement de l'entreprise et la participation du CSSS décrit les exigences qui garantiront le bien-être des hébergés. Et il est strict, rappelle le directeur général.

L'ASSS et l'inspecteur assurent un minimum d'une inspection par année. Par contre, avec l'entente de partenariat entre le CSSS et le promoteur, les visites sont fréquentes. « On verse assez d'argent ! Ça nous donne le droit de vérifier ce qui s'y passe », avance-t-il. Le dg ajoute que l'expérience de l'organisme Carpe Diem de Trois-Rivières peut servir de modèle pour définir les relations entre les partenaires et les patients.

Si les vérifications démontrent qu'il y a négligence ou que des aspects du contrat ne sont pas respectés tant au niveau des services que des équipements, l'ASSS peut mettre fin à l'entente. Cela touche la salubrité, le respect de la médication, les soins apportés aux malades, qu'il donne en exemple. « On va loin dans la vérification », ajoute-t-il.
Selon des rumeurs, un entrepreneur d'Asbestos aurait des visées pour s'installer à Weedon? La réponse de M. Morand est catégorique. Si ce promoteur désire devenir ressource intermédiaire, il n'a qu'à suivre les procédures. Agacé, il fait remarquer que ce n'est pas une commission Charbonneau qu'il doit craindre. Tout le monde est astreint à passer par les mêmes chemins pour obtenir cette responsabilité.

En ce qui concerne la vente du CLSC de Weedon, le dg explique qu'il ne sera pas vendu à n'importe qui. Encore une fois, répète-t-il, il y a des procédures à suivre pour acquérir un bâtiment public. Ce genre «d'établissement excédentaire» doit être déclaré à l'ASSS. Par la suite, on fait une vérification pour s'assurer qu'aucun organisme public n'en aurait besoin. La Sûreté du Québec, les établissements scolaires en sont quelques exemples. Encore, l'ASSS voit à ce que cette ressource ne soit pas liquidée à vil prix. « Tout est très réglementé », rappelle-t-il aussi. Et le marché est testé pour établir des comparaisons.

C'est à la suite de ces étapes qu'on affiche les appels d'offres et l'Agence est libre de refuser les propositions si elle les juge inadéquates.

M. Morand affirme qu'il respecte les inquiétudes des résidents de Weedon. Il se veut ouvert et il est prêt à répondre aux interrogations des gens pour que tout se passe bien. « On ne veut pas nuire à la population, on documente cette possibilité de fusionner les bâtiments et couper des lits et d'ajouter des ressources intermédiaires  », conclut-il.

Lors de la rencontre du 20 novembre prochain, les membres du C.A. prendront position sur le projet déposé.


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Fraudes: 17 M$ de pertes financières au Québec

Fraudes: 17 M$ de pertes financières au Québec
Vol et empoignade sur la rue Laurier

Vol et empoignade sur la rue Laurier
NOS RECOMMANDATIONS
Merci, Mexico…

Merci, Mexico…
Une victoire historique propulse les Cantonniers en demi-finale

Une victoire historique propulse les Cantonniers en demi-finale
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Inscription Infolettre EstriePlus.com
 
Me Michel Joncas
Jeudi, 21 mars 2019
Le commerçant, la garantie et vous …

Daniel Nadeau
Mercredi, 20 mars 2019
Haine en héritage…

Johanne Brien
Mardi, 19 mars 2019
La respiration pour un mode de vie vivifiant

François Fouquet
Lundi, 18 mars 2019
Si j’étais… je serais…

Sébastien Roulier, le plus rapide du monde Par Vincent Lambert Lundi, 18 mars 2019
Sébastien Roulier, le plus rapide du monde
Une victoire historique propulse les Cantonniers en demi-finale Par Vincent Lambert Jeudi, 14 mars 2019
Une victoire historique propulse les Cantonniers en demi-finale
Trop de faux diagnostics de TDAH? Par Cynthia Dubé Mercredi, 13 mars 2019
Trop de faux diagnostics de TDAH?
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous