La Maison Aube-Lumière - poinsettias 2018
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
  Erreur de traitement

détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / La une
Pierre Hébert Par Pierre Hébert
pierre@journalhsf.com

Mercredi, 29 mai 2013

Les Champêtreries décrochent un prix de 25 000 $



 Imprimer   Envoyer 

La Ferme aux Champêtreries est en voie de se tailler une réputation et crédibilité à l'échelle du Canada pour son travail visant la prévention de l'errance et de l'itinérance chez les jeunes. Les représentants de Eva's Initiatives, la Fondation Sprott, Virgin Unite ont récemment débarqué à Newport pour remettre un des quatre prix d'une valeur de 25 000 $ soulignant le leadership d'organismes canadiens dans leur intervention auprès de jeunes sans abri ou à risque.

La Ferme aux Champêtreries est la seule à remporter pareil honneur au Québec. Les trois autres sont de Calgary en Alberta, London en Ontario et St-John's à Terre-Neuve. Le comité de jury formé de sept personnes a analysé 67 candidatures. Mentionnons que la ferme locale est un volet de Les Distributions L'Escalier, une entreprise d'insertion à l'emploi et venant en aide aux jeunes à risque d'itinérance. L'objectif, mentionne le directeur général, Jacques Baillargeon, est de donner les outils nécessaires pour assurer l'évolution personnelle et sociale des jeunes adultes en difficulté.

Le volet Les Champêtreries remplit pleinement cette mission depuis sa création en 2003. Au cours des 7 dernières années, pas moins de 108 jeunes ont fait des stages de six moins à la ferme. Ils apprennent entre autres, la culture maraîchère, la transformation alimentaire et même la réparation de moteurs. L'implication des participants de la région, âgés de 18 à 30 ans, est variée et passe entre autres du travail au jardin, à la cuisine ainsi que les travaux d'aménagements du terrain et de la maison. Linda Thibault, directrice à la ferme, mentionne que les participants fabriquent une trentaine de produits différents comprenant des confitures, vinaigrettes et autres. « Chaque jeune a aussi sa parcelle de jardin à lui qu'il cultive pour ses besoins que ce soit pommes de terre, carottes, choux, tomates et autres », explique-t-elle avec une fierté évidente.

L'objectif d'une telle démarche est de faire en sorte que les jeunes acquièrent des compétences professionnelles et sociales dans le but d'intégrer le marché du travail plus aisément et de s'y maintenir. Les résultats semblent appuyer cette prétention. M. Baillargon parle d'un taux de réussite de 78 %. « Cela ne veut pas dire que 78 % des jeunes se trouvent un emploi, mais ça peut aussi être de leur donner envie de prendre une formation ou retourner aux études ».

Chèque
Le montant de 25 000 $ sera investi dans la formation des prochaines cohortes de jeunes à la ferme, assure M. Baillargeon. Comme pour chaque organisme du genre, l'argent constitue le nerf de la guerre. Ce dernier mentionne qu'en dix années d'existence, la ferme a produit des revenus de quelque 900 000 $ et prévoit une production de 150 000 $ pour 2013. Ces sommes en apparence intéressantes suffisent à peine à défrayer les coûts fixes de la ferme et ne couvrent pas les salaires des deux employés. C'est une constante course au financement, de laisser entendre le directeur général. Mentionnons que la ferme compte également sur l'appui de la municipalité et d'autres intervenants du milieu. D'ailleurs, une trentaine de personnes participaient à la récente conférence de presse tenue sur le site de la ferme.


Sykes Sherbrooke ICT Canada Marketing
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Une 30e année de bénévolat pour Rita Jacques

Une 30e année de bénévolat pour Rita Jacques
Elle cause un face-à-face et prend la fuite

Elle cause un face-à-face et prend la fuite
NOS RECOMMANDATIONS
L’Estrie comme pôle d’enseignement supérieur

L’Estrie comme pôle d’enseignement supérieur
Une Sherbrookoise victime d’une fraude de 6000 $

Une Sherbrookoise victime d’une fraude de 6000 $
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Fondation Rock-Guertin - Collectes de denrées 2018
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Val Estrie Ford - mai 2018
 
Caroline Caouette
Jeudi, 13 décembre 2018
L’enfant, un enseignant pour l’adulte!

Me Karine Bourassa
Jeudi, 13 décembre 2018
Mais qu’en est-il des servitudes de passage?

Daniel Nadeau
Mercredi, 12 décembre 2018
Les accoutrements ridicules

William Lafleur
Mercredi, 12 décembre 2018
Prend les devants avant de tirer de l'arrière

Cégep de Sherbrooke
Mercredi, 12 décembre 2018
Stage au Nicaragua : Jocelyne Lacasse se souvient

Alexis Jacques
Mardi, 11 décembre 2018
Le charme parisien

François Fouquet
Lundi, 10 décembre 2018
L’esprit des Fêtes… ou les esprits de Fêtes!

Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Nouvelle expérience immersive pour le vélo Par Vincent Lambert Vendredi, 7 décembre 2018
Nouvelle expérience immersive pour le vélo
Bénévole pour Nez rouge depuis 30 ans Par Vincent Lambert Jeudi, 6 décembre 2018
Bénévole pour Nez rouge depuis 30 ans
Le Cégep de Sherbrooke à l'international Par Cégep de Sherbrooke Mercredi, 5 décembre 2018
Le Cégep de Sherbrooke à l'international
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous