La Maison Aube-Lumière - poinsettias 2018
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
  Erreur de traitement

détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / La une
Jean-Claude Vézina Par Jean-Claude Vézina
info@journalhsf.com

Lundi, 18 juin 2012

Employés et Caisse Desjardins perdants dans l'affaire de Bois Le Roux


18 juin 2012

 Imprimer   Envoyer 

Les remous causés par la mise sous séquestre des Bois Le Roux n'ont pas fini de déstabiliser la population de Weedon et des alentours. L'usine serait à défaut de ses obligations envers la Caisse populaire Desjardins de Weedon (Caisse) d'une somme de 6,8 M$. De plus, Normand Leroux aurait admis avoir fabriqué et/ou confectionné un faux, en l'occurrence, des comptes recevables (sic) de la société Empire en faveur de son entreprise, pour un montant de 13 M$ en fausses factures.

C'est du moins ce qu'on peut lire sur la «Requête pour nomination d'un séquestre», mandat qui a été confié à PricewaterhouseCoopers (PwC). Christian Martineau intervient comme dépositaire des biens de la compagnie en attendant la conclusion de l'affaire.

Il est également spécifié dans le document que conséquemment, il y a lieu d'enquêter sur ces transactions sans délai; de tels comportements justifient l'intervention d'un séquestre afin de protéger les intérêts de la requérante (Caisse)». En ce qui concerne l'endettement envers l'institution financière, un dernier rapport datant de plusieurs semaines indiquerait que Bois Le Roux serait en dépassement de margination (marge de crédit) de 587 628 $ alors que ce serait plutôt d'un total de 6 861 829,71 $.

De plus, fait troublant, le document, justifiant la demande de nomination d'un séquestre, souligne que M. Leroux aurait avoué à M. Martineau qu'il aurait «fourni des états de compte falsifiés et majorés de ses recevables afin d'obtenir des facilités de crédits plus avantageuses et des limites de crédits supérieures». Ces manœuvres démontreraient que la Caisse aurait été «clairement bernée». Elle se retrouverait aussi avec des «garanties dont la valeur est quasi inexistante en contrepartie de l'octroi de la marge de l'ordre de plusieurs millions de dollars», indique le même document. Cependant, la Caisse est le «principal créancier garanti de la débitrice et cette dernière détient des sûretés sur les inventaires et les comptes recevables».

Le document indique aussi que la société Empire aurait des comptes à recevoir de 52 000 $ alors qu'elle en aurait déclaré quelque 13 M$. Des opérations d'achats totalisant quelque 80 M$ auraient aussi été identifiées auprès d'un fournisseur américain qui s'avérerait être «sous le contrôle et la direction des mêmes administrateurs et dirigeants que la débitrice (Bois Le Roux), notamment Monsieur Normand Leroux et son fils, Monsieur Martin Leroux. De sources sûres, on apprend que Empire Wholesale Lumber, en Ohio, était un client majeur américain de Bois Le Roux et qui était «surfacturé» par l'entreprise prise en défaut...»

En brisant ce lien de confiance, la Caisse, qui serait le principal créancier garanti et qui détiendrait des sûretés sur les inventaires et les comptes recevables, aurait déposé le 6 juin dernier, une demande formelle de paiement sous la forme d'un avis sous l'article 244 de la loi sur la faillite et l'insolvabilité. En effet, rapporte le document, «la débitrice (Bois Le Roux) s'apprêterait à déposer une cession entre les mains d'un syndic, confirmant ainsi son état d'insolvabilité». Ceci est enregistré au Bureau du surintendant des faillites, dans le Registre des dossiers de faillite et d'insolvabilité le 1er juin. Depuis cette date, les opérations ont cessé et les employés, au moment d'écrire ces lignes, n'avaient pas été payés.
Jean-Claude Dumas, maire de la municipalité de Weedon, ignore ce qu'il en est des causes de ce séquestre et de ce qui gravite autour. «C'est triste si c'est fondé», reconnaît-il. Il ajoute, prudent, que beaucoup de rumeurs circulent et que pour fonder son jugement définitif, il attendra d'avoir des informations de sources sûres. Il espère que d'autres transformateurs reprendront l'entreprise. «Ce serait dommage que l'usine se transforme en remise à bateau; ce qui serait une grosse perte pour le village», donne-t-il en exemple, pour démontrer l'importance de cette entreprise dans la municipalité.

Au moment d'écrire ces lignes, nous n'avons pas pu rejoindre PricewaterhouseCoopers pour obtenir des informations supplémentaires concernant l'évolution du dossier de séquestre Bois Le Roux.

Joint par Facebook, Ronald Beauchamp, directeur général de Bois Le Roux, a répondu à notre demande d'information par un laconique «non». Sur le site Facebook de Martin Einherjar Leroux, on pouvait lire que «Ils (l'institution financière Desjardins) ont convoqué les employé (sic) pour leur raconter leur version des faits alors que nous ils nous ont envoyé une lettre d'avocat pour prévenir qu'on dise notre version sous penne (sic) d'être poursuivis». Il ajoute que «[...] Desjardins, vous savez cette institution financière qui est là pour les gens, refuse de relâcher la dernière paye». Nous n'avons pas pu joindre Normand Leroux malgré quelques appels logés à sa résidence.


La Maison Aube-Lumière - poinsettias 2018
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Et si je répondais « je ne sais pas » !

Et si je répondais « je ne sais pas » !
Nouvel outil pour quantifier le réseau vasculaire cérébral

Nouvel outil pour quantifier le réseau vasculaire cérébral
NOS RECOMMANDATIONS
Sept arrestations pour alcool au volant

Sept arrestations pour alcool au volant
Plus du triple de la limite permise, en fin d’avant-midi!

Plus du triple de la limite permise, en fin d’avant-midi!
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Val Estrie Ford - mai 2018
 
François Fouquet
Lundi, 17 décembre 2018
Le saumon et le dollar

Cégep de Sherbrooke
Lundi, 17 décembre 2018
Le Cégep, premier lieu d'expérimentation pédagogique

Pierre-Olivier Pinard, B.sc. CFMP
Vendredi, 14 décembre 2018
Tout sur le sommeil (part 2)

Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Granby fait un «clin d'oeil» à Sherbrooke Par Vincent Lambert Jeudi, 13 décembre 2018
Granby fait un «clin d'oeil» à Sherbrooke
Le charme parisien Par Alexis Jacques Mardi, 11 décembre 2018
Le charme parisien
Plus du triple de la limite permise, en fin d’avant-midi! Par Cynthia Dubé Mardi, 11 décembre 2018
Plus du triple de la limite permise, en fin d’avant-midi!
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous