magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 
18°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
Golf et Académie Longchamp inc.
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / La une
Jean-Claude Vézina Par Jean-Claude Vézina
info@journalhsf.com

Vendredi, 27 mai 2011

Premier tracteur électrique pour la culture maraîchère


27 mai 2011

 Imprimer   Envoyer 

Premiers au Québec, Sébastien Alix et Caroline Poirier, de la Ferme Croque-Saisons de Lingwick, utilisent un tracteur électrique des plus fonctionnels pour effectuer leurs travaux de sarclage sur leurs espaces biologiques cultivés certifiés par «Québec vrai». Le Farmall Cub de 1956, au moteur hors d'usage, a retrouvé une nouvelle vie telle celle du Phoenix qui renaît de ses cendres.

Il a fallu quelque 4 000 $ et près de 80 heures d'ouvrage pour transformer l'antiquité désaffectée en un outil très performant. Et bien du jus de «jarnigouène», de la part de son concepteur, qui a su profiter des notions de mécanique de quelques voisins et amis autodidactes...

Il est unique maintenant, ce tracteur, du fait qu'il utilise le vilebrequin qui actionne les pistons plutôt que l'arbre de transmission pour avancer. «De cette façon, explique Sébastien, qui se défend d'être un «crack» en mécanique, je conserve le système hydraulique qui me sert à lever ou abaisser le sarcleur en fonction de mes travaux. J'évite aussi de donner des secousses trop brusques à la transmission qui pourrait se briser... »

La transformation a dû être réfléchie sérieusement. Sébastien a d'abord enlevé la tête du moteur pour extraire les pistons devenus inutiles. Il a conservé l'arbre moteur, pièce maîtresse du nouveau système d'entraînement, et son lien avec la transmission. Il s'est fait plier une épaisse feuille de métal qu'il a fixée pour qu'elle remplace la tête et qu'elle supporte le moteur électrique qui développe quelque 10 ch. Une chaîne le relie au vilebrequin qui a été modifié pour y ajouter une roue dentée qui assure la transmission du pouvoir. Il a adapté la distance entre les pneus en fonction de la largeur de ses planches (surfaces semées).

Pour fournir à l'engin la puissance nécessaire, Sébastien s'est procuré 4 batteries marines 12 volts Deep cycle de 285 ampères/heure qui ont une durée de vie variant de 6 à 10 ans. Bien que coûteux, il les a préférées aux autres, question force et longévité. Ainsi équipé, il profite d'une autonomie de 4 à 6 h pour sarcler ses rangs. «C'est amplement suffisant pour mes besoins», rappelle-t-il.

Ce qui gruge le plus d'énergie et qui vide rapidement les batteries, c'est de monter les pentes. J'organise mes planches en fonction de l'inclinaison du terrain. Comme elles sont lourdes, je n'ai plus besoin de mettre de calcium liquide dans mes pneus. L'entretien est léger puisqu'il n'y a plus de changements d'huile à effectuer. Un simple graissage des pièces mobiles et une lubrification régulière de la chaîne de transmission suffisent. «Et l'avantage suprême, plus d'essence à acheter, lance-t-il gaiement. Les économies réalisées vont me permettre d'amortir rapidement mon investissement», ajoute-t-il.

L'acquisition de ce tracteur relève du conte. Cherchant un engin automoteur léger, il en déniche un qui semble intéressant. Sur place, il constate qu'il ne fait pas l'affaire et qu'en même temps un antiquaire veut l'acheter. Après quelques discussions, un échange est conclu, qui avantage les deux intéressés: le Farmall Cub avec un sarcloir et 50 $ contre l'autre qui n'avait pas d'outils...

Pour sa part, Caroline se réjouit de l'usage qu'ils feront de ce nouvel outil. La corvée de désherbage s'en trouve allégée, pour eux qui cultivent, pour l'instant, 5 acres de terrain dont 3 en engrais verts pour régénérer les sols. Trois serres leur permettent de produire des pousses qu'ils piqueront bientôt en terre.

Le couple s'est installé sur leur ferme en 2007. Forts de leur formation agricole à l'Université McGill, et de deux ans d'expérience chez des producteurs biologiques, ces deux jardiniers offrent des paniers de légumes à la population environnante. Ils souhaitent vendre plus à Weedon et dans les environs. En été, ils tiennent kiosque aux marchés publics de Lac-Mégantic et Lingwick.
En plus de leur production végétale, ils élèvent une soixantaine de brebis et quelque 110 agneaux annuellement qu'ils proposent directement aux consommateurs, en demi ou entier. Ces animaux, abattus à l'Abattoir Rousseau, sont découpés en fonction des besoins du client et emballés sous vide.

Pour voir le tracteur en action et recevoir des informations plus détaillées, consultez le site www.croque-saisons.com/environnement.html

Photo :
Caroline Poirier et Sébastien Alix tout fiers de leur tracteur électrique.


Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
La mise en demeure : qu’est-ce que c’est?

La mise en demeure : qu’est-ce que c’est?
Autisme : Montessori ouvrira une classe unique au pays

Autisme : Montessori ouvrira une classe unique au pays
NOS RECOMMANDATIONS
Une bataille loin d’être terminée

Une bataille loin d’être terminée
Fermeture complète de l’autoroute 10 à Magog

Fermeture complète de l’autoroute 10 à Magog
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

La boîte à chanson grivoises Paillardes, osées, coquines
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Club de Golf de Sherbrooke
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 23 mai 2018
Rapetisser les humains

Catherine Côté
Mercredi, 23 mai 2018
Le style à tout âge!

François Fouquet
Mardi, 22 mai 2018
Qu’est-ce qu’on a échappé?

Cégep de Sherbrooke
Mardi, 22 mai 2018
LE CEREFS : pour apprendre en temps réel

Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke
Lundi, 21 mai 2018
Le choix de votre profil à l'école secondaire du Triolet

Marie-Soleil Samson, B.Sc., ND.,K.in
Lundi, 21 mai 2018
Avez-vous pensé à votre silhouette pour cet été ?

Golf et Académie Longchamp inc. 2018
André L’Espérance passe le flambeau et prend sa retraite Par Cynthia Dubé Mardi, 15 mai 2018
André L’Espérance passe le flambeau et prend sa retraite
Le pont Saint-Michel fermé indéfiniment Par Vincent Lambert Mercredi, 16 mai 2018
Le pont Saint-Michel fermé indéfiniment
Arrête, t’es pas faite pour courir !!! Par Isabelle Perron Mercredi, 16 mai 2018
Arrête, t’es pas faite pour courir !!!
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous