magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 
-15°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / La une
Jean-Claude Vézina Par Jean-Claude Vézina
info@journalhsf.com

Vendredi, 6 mai 2011

Un atelier de poésie passionnant et révélateur


6 mai 2011

 Imprimer   Envoyer 

Les élèves de la classe de Christine Rodrigue de l'école Du Parchemin, côté Collège, à East Angus, ont eu beaucoup de plaisir à participer à l'atelier de poésie de Sylvain Dodier, poète et artiste des arts et lettres numériques. Ensemble, ils ont appris à «créer un état poétique», contexte nécessaire pour l'apprentissage de cet art littéraire, confiait M. Dodier.

Cet état poétique, selon lui, doit se concevoir dans une atmosphère ludique. C'est la base même de la poésie que de vouloir jouer avec les mots, les déconstruire, créer des associations incongrues, inhabituelles, surprenantes, ce que les écoliers de Christine Rodrigue ont trouvé fort amusant. «Étudiez les poètes, suggérait l'animateur de l'atelier, vous verrez que ce n'était pas de bonnes femmes ni de bons hommes ordinaires». Tout en s'amusant avec les vocables, les poètes ont traduit de grandes émotions comme la colère, la tristesse, la joie...

«Ce n'est pas nécessaire d'être bon en français», proclamait-il; bon dans le sens d'aimer passionnément la langue. On brasse des mots qu'on ne mélange pas ensemble d'habitude. Il est possible ainsi de rendre compte de ses états d'âme, pour s'approcher de la réalité. Il a constaté que les jeunes enfants maîtrisent un large vocabulaire.

Pour démontrer son approche poétique, M. Dodier a proposé aux écoliers des exercices d'association de mots rapides. « Regarde-moi, et quand je dirai «volcan», donne-moi le premier mot qui te vient à l'esprit; ne pense pas, vas-y spontanément». Cet exercice a eu l'heur de dédramatiser les choix trop mûris, trop cérébraux.

Ces jeunes élèves ont découvert que la poésie possédait des règles, ces contraintes qu'il faut à la fois respecter et plier à son plaisir de jouer avec les mots. Ils ont appris le rythme, les rimes, les strophes qui constituent l'ossature du poème. Les poètes les manient avec ferveur pour produire du sens et des significations, qu'en d'autres temps, les lecteurs ne trouveraient pas. «Ce sont des boules d'excitation qui sont lancées à l'autre», ajoute l'animateur de l'atelier. Par exemple, pour décrire une boîte de papier-mouchoir, il a suggéré les termes «ramasse-larmes», «nettoie-nez», «efface-maquillage», etc.

Bien réchauffés, les écoliers ont participé à un exercice d'écriture sous forme d'une poésie trouée. «Votre animal préféré, la couleur que vous aimez, le végétal que vous souhaiteriez être...» Ces mots choisis spontanément ont servi à garnir le canevas de l'œuvre poétique, ce qui révélait des traits de caractère de la personne. Ils ont découvert qu'ils pouvaient se définir «cheval bleu», «tigre volcanique», etc. En général, les enfants se reconnaissaient bien dans le poème qu'ils avaient conçu. Cette expérience leur a permis de réaliser que l'intention du poète de dire quelque chose pouvait être interprétée tout autrement par celle ou celui qui l'écoutait ou le lisait.

Leur professeur, Mme Rodrigue a «adoré l'atelier, il y avait beaucoup d'interaction et d'humour», renchérissait-elle. Pour sa part, Éliane Couture, éducatrice spécialisée, était surprise de reconnaître la personnalité de l'élève dans le bout de poème qu'il ou elle avait écrit.

Photo :
Daniel Dodier explique à des écoliers l'art poétique.


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Un métier sur mesure pour ceux qui veulent aider les gens

Un métier sur mesure pour ceux qui veulent aider les gens
Valcourt profite des grands froids pour monter ses pistes

Valcourt profite des grands froids pour monter ses pistes
NOS RECOMMANDATIONS
Salaire minimum à 15 $ de l’heure: plus de pour que de contre

Salaire minimum à 15 $ de l’heure: plus de pour que de contre
Un chien laissé dehors à Stanstead meurt de froid

Un chien laissé dehors à Stanstead meurt de froid
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Hyundai Sherbrooke - janvier 2018
 
François Fouquet
Lundi, 15 janvier 2018
Apprécier quoi, au juste?

Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke
Lundi, 15 janvier 2018
Le projet CLASS : un atout pour la réussite

Tourisme Cantons-de-l'Est
Vendredi, 12 janvier 2018
Va jouer… à l’intérieur!

Alexandre Hurtubise
Vendredi, 12 janvier 2018
Démarrer l’année en force !

Bedon & bout'chou
La culture et la confiture Par Daniel Nadeau Mercredi, 10 janvier 2018
La culture et la confiture
Une équipe de l’UdeS en lice pour devenir la découverte de l’année de Québec Science Par Cynthia Dubé Mardi, 9 janvier 2018
Une équipe de l’UdeS en lice pour devenir la découverte de l’année de Québec Science
Jeep Cherokee 2019 Mardi, 9 janvier 2018
Jeep Cherokee 2019
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous