magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 
24°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
Radioactif Forfait Internet mai 2018
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / La une
Jean-Claude Vézina Par Jean-Claude Vézina
info@journalhsf.com

Mercredi, 23 mars 2011

La Passerelle de Weedon le souligne les 100 ans de la Journée des femmes


23 mars 2011

 Imprimer   Envoyer 

Quelque 125 femmes se sont rencontrées à Weedon pour saluer la Journée DES femmes. À La Passerelle, centre de femmes, voué aux échanges, à l'information, à la complicité et la solidarité féminines, les intervenantes travaillent pour améliorer les conditions de vie et éliminer la violence et la pauvreté qui les affligent.

L'organisme avait conçu cette fête pour reconnaître le parcours dans la défense de leurs droits. Elles voulaient aussi faire part de leurs inquiétudes en ces temps de contraintes budgétaires, quand ce ne sont pas carrément des coupures dans les budgets dédiés aux programmes sociaux», annonçait Sylvie Lupien, coordonnatrice pour l'organisme. «On a choisi de s'amuser pour sortir de la grisaille qui nous envahit à force d'avoir la tête continuellement plongée dans les problèmes», ajoutait-elle.

Andrée Larrivée, de La Passerelle, insiste pour mettre en majuscule le «DES» dans «la Journée DES femmes». «Ce n'est pas la fête d'une catégorie indistincte de la population. C'est une journée pour prendre conscience de la condition de toutes les femmes du monde», confie-t-elle. Elle admettait qu'il y a eu bien des progrès de réalisés depuis l00 ans. Pourtant, dans la perspective d'un virage rapide vers la droite dans lequel s'engage l'Occident et particulièrement le Canada et le Québec, elles voient leurs acquis compromis. Elles constatent aussi qu'en bien des endroits sur la planète leur situation n'a pas progressé et les crimes perpétrés contre elles sont monnaie courante.

Les femmes se sentent et sont menacées quand elles lisent ou entendent des messages comme le suivant: les gouvernements devront «diminuer le nombre de services publics disponibles tout en haussant les tarifs et en comprimant les dépenses des programmes sociaux», est-il écrit dans le document «Tarification des services publics, d'autres options sont possibles» publié par la Coalition des femmes.

Les politiques sur la santé, entre autres, auront un impact certain sur leur budget. La privatisation et la tarification de ce système les toucheront plus gravement. «Elles sont les plus grandes utilisatrices des soins de santé sans être malades. La contraception, les grossesses, l'accouchement, le dépistage des cancers du col de l'utérus et des seins sont des raisons pour consulter et ce ne sont pas des maladies», rappelle l'intervenante. Ainsi, la taxe sur la santé, qui cette année est de 25 $, passera l'an prochain à 200 $. Cette taxe aura une incidence certaine sur leur budget.

La dégradation des conditions de travail dans le réseau de la santé les touche brutalement. Le personnel dans les hôpitaux est composé majoritairement de femmes. Les coupures les ont affectées depuis un bon bout de temps. Heures supplémentaires, horaires chamboulés ne sont que quelques exemples des conséquences des coupes budgétaires.

Pourtant, estime la même publication, d'autres choix sont possibles. Instaurer une fiscalité plus équitable au lieu d'accorder une diminution du taux d'imposition aux personnes qui gagnent plus de 150 000 $. Leur contribution est passée de 33 % à 24 %. Faire la lutte à l'évasion fiscale. Abolir l'évitement fiscal et les reports d'impôts aux grandes entreprises. En 1964, les compagnies déboursaient 64 % de leurs profits en impôts et en taxes. En 2009, elles ne participent plus qu'à 21 %. Augmenter les redevances à payer sur les richesses naturelles. Non seulement sont-elles revues à la baisse, mais le gouvernement va même jusqu'à donner des subventions à des multinationales riches comme Crésus.

Mais comme le rappelait Mme Lupien, la soirée se voulait festive, un moment de réjouissance pour oublier un instant le travail qui reste à faire pour atteindre la parité salariale, entre autres. La «disc jockey» Kim Hardy et l'animatrice du karaoké, Paskale Hamel, ont réussi leur objectif, celui de dérider la salle.

Photo :
Dans l'ordre habituel, Paskale Hamel, Sylvie Lupien, Andrée Larrivée et Kim Hardy.


Sykes Sherbrooke ICT Canada Marketing
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Transporter son bois de camping augmente la propagation de l’agrile du frêne

Transporter son bois de camping augmente la propagation de l’agrile du frêne
La dépendance au sucre: aussi forte que la drogue dure

La dépendance au sucre: aussi forte que la drogue dure
NOS RECOMMANDATIONS
4 auteurs se racontent en 5 questions

4 auteurs se racontent en 5 questions
Arrêté pour voyeurisme avec une caméra dans un chalet

Arrêté pour voyeurisme avec une caméra dans un chalet
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Domino's Pizza mai 2018
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 15 août 2018
Refus global : la honte de l’oubli

Priscilla Boutin
Mercredi, 15 août 2018
Trucs pratiques pour cheveux abîmés

Cégep de Sherbrooke
Mardi, 14 août 2018
Une relève scientifique assurée au Cégep de Sherbrooke

Marie-Soleil Samson, B.Sc., ND.,K.in
Mardi, 14 août 2018
Quoi savoir sur l’alimentation cétogène ou « ketogenic diet »

François Fouquet
Lundi, 13 août 2018
Vacances performantes

Centre de développement athlétique Badmofo Methods
La Ville réitère son appui à Raif Badawi Par Vincent Lambert Vendredi, 10 août 2018
La Ville réitère son appui à Raif Badawi
Tatouages sur ados: deux hommes se rendent à la police Par Vincent Lambert Lundi, 13 août 2018
Tatouages sur ados: deux hommes se rendent à la police
Nouvelle entreprise chez Magog Technopole Par Vincent Lambert Mardi, 7 août 2018
Nouvelle entreprise chez Magog Technopole
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous