magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 
-3°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / La une
Jean-Claude Vézina Par Jean-Claude Vézina
info@journalhsf.com

Vendredi, 18 février 2011

La vente du site d'enfouissement ne fait pas l'unanimité


18 février 2011

 Imprimer   Envoyer 

«Vends-tu ta maison sans en connaître la valeur?», critique Jacques Blais, premier magistrat de La Patrie, signifiant par là que la transaction de vente du site d'enfouissement de Bury se serait conclue sans en connaître le juste prix et dans une précipitation non justifiée.

La polémique déclenchée et appuyée par d'autres maires, repose sur le fait que, lors d'un atelier de travail tenu le 3 février dernier, certains d'entre eux ont fait inscrire une proposition demandant un deuxième avis si la valeur fixée par Raymond Chabot Grant Thornton ne leur semblait pas réaliste. «Ceux qui étaient présents à cette rencontre ne devaient pas prendre de décision, sans ramener à la table des maires, les fruits des discussions afin que tous se prononcent sur une proposition définitive, ce qui n'a pas été fait», raconte Thérèse Ménard-Théroux, mairesse de Newport. «La décision d'accepter la vente a été précipitée sous prétexte qu'il y aurait des fuites, alors qu'on venait juste d'apprendre le prix», ajoutait-elle.

Interrogée sur ce sujet, Nicole Robert, préfet de la MRC, répondait que, lors d'une assemblée spéciale de la table des maires convoquée en juin dernier, la Régie, formée de représentants de la MRC et de la ville de Sherbrooke, avait reçu le mandat de procéder aux transactions. La rencontre du 3 février en était une d'information seulement et non de décision.

Le poids des voix dans la prise de décision est revenu sur le tapis. «Nous n'avons pas de pouvoir, explique Nathalie Bresse, mairesse d'Ascot Corner. Elle ajoute que les villes ont toujours la majorité». En accord avec Mme Bresse, Mme Ménard-Théroux ajoute qu'elle entend de nombreux commentaires de citoyens qui ne sont pas d'accord et dont on ne tient pas compte.

Pour quelques maires dissidents, il est clair que les calculs faits par la firme Raymond Chabot Grant Thornton sont basés sur le rendement et non en fonction de la juste valeur marchande (JVM) telle que spécifiée sur leur devis. «Vendre en fonction d'un apport de 40 000 tonnes/an, en fixant les prix progressifs qui varient de 60 $/t jusqu'en 2012 à 65 $/t à partir de 2013, avec une majoration de 3 % par la suite, ressemble à une vente basée sur le rendement», clame M. Blais. «Il faut voir que le site acheté par Arthabaska a coûté 52 M$. Quelle était la JVM du nôtre?», s'interroge-t-il. Céline Gagné, mairesse de Lingwick, s'est dite agacée par le calcul du passif et son utilisation dans le prix de vente. «On aurait dû avoir plus de temps pour questionner la firme», ajoute-t-elle.

Autre irritant, souligne M. Blais, appuyé en cela d'autres maires. La MRC aurait dû garder 51 % des parts. «En vendant la moitié du site et la moitié de la gestion à Sherbrooke, ceux qui ont conclu la transaction ont dilapidé les acquis pour vivre». Robert Roy, maire de East Angus, pour sa part, s'inquiète de l'augmentation du transport qui circulera sur la rue St-François. «Déjà, les maisons qui sont en bordure de la route se font asperger, qu'est-ce que ça sera quand les camions déplaceront plus de 100 000 tonnes? Nous avons entrepris des discussions avec le ministère des Transports pour élargir la route et mettre un terre-plein entre la chaussée et les habitations.

«40 ans, c'est court!, s'exclame Mme Bresse. Combien en coûtera-t-il pour recréer un autre LET? Je trouve que c'est laisser à nos enfants une lourde dette et que la décision a été prise trop rapidement».


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Accoucher à Noël, panique ou enchantement?

Accoucher à Noël, panique ou enchantement?
Quels sont les risques pour votre toiture en hiver ?

Quels sont les risques pour votre toiture en hiver ?
NOS RECOMMANDATIONS
Ces maladies camouflées

Ces maladies camouflées
La culture de légumes à l’intérieur, c’est possible?

La culture de légumes à l’intérieur, c’est possible?
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Hyundai Sherbrooke - janvier 2018
 
Jessica Mackey, Via L'Attitude
Vendredi, 19 janvier 2018
Manger en pleine conscience

René Dubreuil
Vendredi, 19 janvier 2018
Les nouvelles rondes de René

Guillaume Rousseau
Vendredi, 19 janvier 2018
Réflexion sur l’accès à la justice en matière criminelle

Rosemarie Lacroix
Jeudi, 18 janvier 2018
Ces maladies camouflées

Isabelle Fournier
Jeudi, 18 janvier 2018
Mon ado et les tâches...

Alexandre Dagenais
Jeudi, 18 janvier 2018
La culture de légumes à l’intérieur, c’est possible?

Marianne Therriault
Mercredi, 17 janvier 2018
Faire pousser nos cheveux: pas si facile?

Catherine Côté
Mercredi, 17 janvier 2018
Tendances à surveiller en 2018

Daniel Nadeau
Mercredi, 17 janvier 2018
Histoire et récits : façonner le monde

Bedon & bout'chou
Un projet d’investissement de 11 M $ chez American Biltrite Par Cynthia Dubé Jeudi, 18 janvier 2018
Un projet d’investissement de 11 M $ chez American Biltrite
Skier pour persévérer et ne pas décrocher Par Vincent Lambert Mardi, 16 janvier 2018
Skier pour persévérer et ne pas décrocher
Tendances à surveiller en 2018 Par Catherine Côté Mercredi, 17 janvier 2018
Tendances à surveiller en 2018
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous