magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 
16°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
Radioactif Forfait Internet mai 2018
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / La une
Jean-Claude Vézina Par Jean-Claude Vézina
info@journalhsf.com

Vendredi, 18 février 2011

Site d'enfouissement à Bury : la moitié vendue à Sherbrooke pour 2,6 M$


18 février 2011

 Imprimer   Envoyer 

Ayant à peine eu le temps de reprendre son souffle, après le blitz de négociations intervenu entre la MRC du Haut-Saint-François et la Ville de Sherbrooke, Nicole Robert, préfet de la MRC, annonçait la vente de la moitié du «site d'enfouissement et de traitement des matières résiduelles» de Bury, à la Ville, pour une somme de 2,6 M$.

Mme Robert confirmait à la presse que cette transaction «permettra de garder le prix bas pour l'enfouissement des déchets». La gestion de Valoris, nom donné à la nouvelle entité, sera aussi partagée 50/50. Bernard Sévigny, maire de Sherbrooke, se réjouissait de cet achat. Selon lui, veiller au développement de Valoris, c'est réduire l'enfouissement et favoriser la valorisation des matières résiduelles. La proximité du site et le prix convenu entre les deux partenaires augmentaient son plaisir.

Mme Robert qualifie l'entente conclue de «gagnant gagnant». Elle soulignait le potentiel d'affaires du lieu d'enfouissement technique (LET), qui devient créateur d'entreprises et d'emplois, sans qu'il soit aussi générateur de revenus. L'acquisition d'expertises dans le domaine de la gestion et de la valorisation des matières résiduelles fera se démarquer Valoris. Les intéressés songent déjà aux futures vocations du parc industriel selon quatre créneaux: pôles de production, de développement techn
ologique, de formation et un pôle socio-environnemental, tous créateurs de postes spécialisés.
Prix
Pour arriver à quantifier la valeur du site, la Régie intermunicipale, formée d'édiles municipaux de la MRC et de Sherbrooke, a embauché deux firmes: Teknika HBA et Raymond Chabot Grant Thorton.

Teknika a eu le mandat d'analyser son passif, passif encouru avant les premières démarches avec Sherbrooke. Le gouvernement, en 2009, a forcé la fermeture du premier lieu d'enfouissement sanitaire (LES), et sa supervision, pendant 30 ans, pour éviter les possibles contaminations de la nappe phréatique, entre autres. La postfermeture du LES est estimée à 1,55 M$. De 1981 à 2009, le LES avait reçu 600 000 sur une capacité de 1 300 000 tonnes prévues. Malgré sa demi-utilisation, le ministère de l'Environnement a obligé le comité de mettre fin aux opérations.

Le remboursement de cette dette de 978 797 $ serait échelonné sur 30 ans. Jean-Claude Dumas, membre de la Régie, se réjouissait pourtant: «Avec l'argent de la vente, cette dette de 978 797 $ est effacée et il nous reste un profit de 1,62 M$ qui sera retourné aux 16 municipalités concernées». Il faut toutefois ajouter les 571 203 $ économisés par le comité qui gérait le LES pour mettre à zéro le passif de 1,55 M$.

Raymond Chabot Grant Thorton, pour sa part, devait estimer la juste valeur marchande (JVM) du site complet de Bury, comprenant le LES et le nouveau LET et la propriété de 400 acres. Le tout a été évalué à 5 376 000 $. Les avoirs de Sherbrooke, constitués d'un compacteur et d'une balance d'un coût de 174 000 $, ont été soustraits. C'est fort de ces données que la firme Raymond Chabot Grant Thorton en soit venue à fixer le prix de vente à 5 622 000 $.

La firme devait aussi estimer le volume de matières à enfouir nécessaires pour rentabiliser le site, soit 40 000 tonnes/an pendant 40 ans. Le 60 $/tonne convenu augmentera à 65 $ en 2013 et sera majoré de 3 % à partir de 2014. Une somme de 3 $/tonne constituera une réserve pour la fermeture prochaine du LET sur le lot 4, prévue dans 13 ans.

Jean-Claude Dumas, maire de Weedon et membre du comité Valoris, n'y voit que des avantages. «Tout le projet Valoris contribue à dynamiser le Haut-Saint-François, tant au niveau de l'emploi qu'au niveau du développement. Aujourd'hui et surtout dans l'avenir, nous serons gagnants du point de vue environnemental, de l'emploi, du développement et du savoir qui sera développé chez nous». Il ajoutait qu'il était très content de repartir avec 129 000 $ en poche, la part qui est retournée sur les profits de la vente et répartie en fonction du tonnage enfoui dans le LET. Cookshire a reçu le pactole en empochant 365 000 $ et East Angus quelque 260 000 $.

Dominic Provost, directeur général de la MRC et du CLD, rappelait que l'entreprise de pointe GSI ainsi que l'Écocentre fonctionnaient et que, dans l'air, traîne le projet de méthanisation qui utilisera les matières putrescibles principalement. Il soulignait l'implication de l'Université de Sherbrooke et des deux CLD de Sherbrooke et du HSF qui vise, entre autres, à créer un pôle d'excellence pour le développement durable (DD). «On pourrait, dans un avenir prochain, recevoir 100 000 tonnes et plus de matières résiduelles, les valoriser et en enfouir le quota de 40 000 tonnes/an, ce qui serait très rentable du point de vue pécuniaire et de l'emploi spécialisé».

Photo :
Nicole Robert, préfet de la MRC, est accompagnée de Jean-Claude Dumas, maire de Weedon, et de Bernard Sévigny, maire de Sherbrooke, tous membres de la Régie.


Sykes Sherbrooke ICT Canada Marketing
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Chronique Nutrition

Chronique Nutrition
Un kilo de cocaïne saisi dans un véhicule

Un kilo de cocaïne saisi dans un véhicule
NOS RECOMMANDATIONS
Démystifier la maladie de Crohn sur le vert

Démystifier la maladie de Crohn sur le vert
Fraudées par de faux agents de Revenu Canada

Fraudées par de faux agents de Revenu Canada
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Val Estrie Ford - mai 2018
 
Caroline Caouette
Jeudi, 16 août 2018
Les bons et mauvais côtés du maternage

Daniel Nadeau
Mercredi, 15 août 2018
Refus global : la honte de l’oubli

Priscilla Boutin
Mercredi, 15 août 2018
Trucs pratiques pour cheveux abîmés

Cégep de Sherbrooke
Mardi, 14 août 2018
Une relève scientifique assurée au Cégep de Sherbrooke

Marie-Soleil Samson, B.Sc., ND.,K.in
Mardi, 14 août 2018
Quoi savoir sur l’alimentation cétogène ou « ketogenic diet »

Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Quoi savoir sur l’alimentation cétogène ou « ketogenic diet » Par Marie-Soleil Samson, B.Sc., ND.,K.in Mardi, 14 août 2018
Quoi savoir sur l’alimentation cétogène ou « ketogenic diet »
1,4 M$ pour les victimes d’actes criminels Par Vincent Lambert Lundi, 13 août 2018
1,4 M$ pour les victimes d’actes criminels
Kruger: près de 180 nouveaux emplois en Estrie Par Cynthia Dubé Jeudi, 16 août 2018
Kruger: près de 180 nouveaux emplois en Estrie
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous