magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 
19°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
Radioactif Forfait Internet mai 2018
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / La une
Pierre Hébert Par Pierre Hébert
pierre@journalhsf.com

Mardi, 1 février 2011

Résidence Cookshire-Eaton : un premier contact prometteur avec le milieu


1er février 2011

 Imprimer   Envoyer 

Comme dans le bon vieux temps, l'église St-Camille à Cookshire-Eaton était passablement pleine récemment. Toutefois, ce n'était pas pour l'office religieux, mais bien pour la soirée d'information publique concernant l'important projet de construction de résidence pour personnes retraitées dont les coûts sont évalués à plus de 9 millions $. Forts satisfaits de la participation du public et de la réception du projet, les promoteurs étaient enthousiasme à l'idée de poursuivre la démarche. Toutefois, ce n'est pas avant quelques semaines que ces derniers seront en mesure d'annoncer officiellement la réalisation de celui-ci.

Près de 300 personnes ont écouté attentivement la présentation du projet faite par le promoteur, Pierre Bédard. Ce dernier a présenté, en photos, les trois résidences auxquelles il a participé soit celle de Mégantic, Plessisville et St-Raymond-de-Portneuf avant de développer sur celle envisagée à Cookshire-Eaton. Bien que les discussions soient toujours en cours avec le conseil de fabrique et municipal, le promoteur laisse entendre que cela progresse positivement.

M. Bédard a mentionné que le choix du site était particulièrement stratégique puisqu'il est près de toutes les commodités et en plein coeur de la municipalité. Le projet de 82 unités de logements, pour la première phase, prévoit 15 logements de 2 1/2, 53 unités de 3 1/2 et 14 appartements de 4 1/2. Toutefois, ce scénario peut se modifier en cours de route selon la demande, explique l'intervenant. Une deuxième phase est également prévue et pourrait faire grimper le nombre total à 112 unités.

Le complexe auquel se greffera l'église après la démolition du presbytère et du bâtiment communautaire de la municipalité prévoit une foule de commodités. Parmi les principaux aspects, on trouvera un salon de coiffure, une salle de conditionnement physique, une piscine avec spa, un salon Internet, un petit cinéma, une salle multifonctionnelle, une salle à dîner, des espaces pour les organismes municipaux, la bibliothèque, le comptoir familial, salle de bricolage et autres. L'ensemble de l'église St-Camille sera réaménagé pour les différentes installations et commodités. Cependant, on conservera quelque 150 à 200 places pour le lieu de culte. M. Bédard a rappelé que le bâtiment comprendrait tous les services de base en matière de sécurité comme la surveillance par caméra de 24 heures par jour, le système d'appel de garde, le contrôle des entrées et autres. Les installations, précise-t-il, seront sans fumée et aucun animal ne sera accepté à l'intérieur des murs.

Inquiétudes
La principale inquiétude qui s'est manifestée au cours de la période de questions était l'avenir des organismes et services présentement regroupés à l'intérieur du bâtiment communautaire, qui sera éventuellement démoli. «On a déjà peu de services, on voudrait les conserver. J'espère que la ville va penser au message», de lancer une jeune mère de famille. M. Bédard mentionne que des discussions sont en cours à cet effet avec les autorités municipales. Des espaces seraient prévus pour accueillir les organismes, la relocalisation de la bibliothèque également. Quant aux installations concernant le CACI et les Cuisines collectives, on a peu élaboré à ce sujet. Crédit d'impôt, stationnement, augmentation de la circulation, espaces de rangement et espaces verts ont été les sujets abordés par l'assistance. Se voulant rassurant, M. Bédard mentionne «le projet, on veut le faire avec vous autres, pas contre vous autres».

Fabrique
«On veut que le projet fonctionne parce que nous voulons garder les gens dans le milieu. On veut que ça fonctionne, mais pas à n'importe quel prix. Il faut être équitable pour tout le monde. Ça a une valeur ce qu'on a», de commenter Lucille Chabot, présidente du conseil de fabrique. Cette dernière ajoute que les discussions avec le promoteur vont bien et a bon espoir que le tout se règle positivement au cours des prochains jours.

Maire
Quant au maire de Cookshire-Eaton, Noël Landry, il se dit très satisfait de la rencontre. Reconnaissant les craintes des différents groupes qui utilisent les locaux et services offerts par la municipalité, ce dernier tente de les rassurer en disant «on va faire ça de façon civilisée. Lorsque nos ententes seront finalisées avec le promoteur, on va rencontrer nos organismes. Il est possible qu'on demande aux gens d'utiliser le même local, on verra», de compléter le maire.

Déroulement
Jacques Boulanger, un des trois actionnaires présents, manifestait sa grande satisfaction au terme de la rencontre. «Je suis très satisfait de voir le nombre de personnes. Il y a eu des questions pertinentes et personne n'a voulu détruire le projet. On veut donner vie à la démarche». Les promoteurs qui avaient rencontré la communauté anglophone précédemment se disaient également satisfaits de la participation soit une trentaine de personnes. Parmi les prochaines étapes à franchir, les intervenants veilleront à l'actualisation de l'étude de faisabilité. Si les conclusions sont positives, ce que les promoteurs anticipent, il y aura à ajuster le zonage s'il y a lieu et compléter les négociations avec les différents intervenants. «Si tout va bien, on pourrait ouvrir un bureau de vente d'ici un mois», d'ajouter M. Boulanger. En fait, les gens d'affaires ont besoin de 40 signatures avant d'entreprendre les travaux. Si les étapes se déroulent comme souhaité, les travaux pourraient s'amorcer dès le mois de mai ou juin prochain. L'objectif est d'accueillir les résidants vers le printemps 2012.

Retombées
Les promoteurs ont laissé entendre qu'ils solliciteraient la participation des entrepreneurs et commerçants locaux lors de la construction. Une fois complété, le fonctionnement du complexe devrait procurer du travail à près d'une trentaine de personnes. Au terme de la rencontre, l'assistance et les promoteurs semblaient satisfaits du déroulement de la soirée.

Photo :
Les promoteurs, Steven Hallé, Pierre Dubreuil and Jacques Boulanger, ont présenté leur projet devant quelque 300 personnes de la région.


Sykes Sherbrooke ICT Canada Marketing
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Premier rendez-vous canin au Marais

Premier rendez-vous canin au Marais
Un délice: gruau de quinoa au yogourt, amandes et framboises

Un délice: gruau de quinoa au yogourt, amandes et framboises
NOS RECOMMANDATIONS
Premier rendez-vous canin au Marais

Premier rendez-vous canin au Marais
Il perd le contrôle et se blesse grièvement

Il perd le contrôle et se blesse grièvement
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Val Estrie Ford - mai 2018
 
François Fouquet
Lundi, 13 août 2018
Vacances performantes

Pierre-Olivier Pinard, B.sc. CFMP
Vendredi, 10 août 2018
Un délice: gruau de quinoa au yogourt, amandes et framboises

Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Simon DuBois de retour sur la terre ferme Par Vincent Lambert Lundi, 6 août 2018
Simon DuBois de retour sur la terre ferme
Nouvelle entreprise chez Magog Technopole Par Vincent Lambert Mardi, 7 août 2018
Nouvelle entreprise chez Magog Technopole
Florent Vollant : passionné et rêveur Par Vincent Lambert Lundi, 6 août 2018
Florent Vollant : passionné et rêveur
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous