Théâtre des employés du CHUS
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
 
-9°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
Théâtre des employés du CHUS
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / La une
Jean-Claude Vézina Par Jean-Claude Vézina
info@journalhsf.com

Lundi, 18 octobre 2010

Le barrage à Sawyerville, détruit ou reconstruit?


18 octobre 2010

 Imprimer   Envoyer 

Débâtir ou restaurer le barrage de Sawyerville? Telle est la question sur laquelle devront se pencher les autorités municipales et les citoyens de ce secteur de la ville de Cookshire-Eaton. Mais auparavant, ils ont été conviés à assister à une soirée d'information organisée par la firme Labo SM inc. sur l'avenir de cette structure.

Une trentaine de personnes ont écouté attentivement les informations fournies par François Saint-Pierre et Éric Olivier de la firme. M. Saint-Pierre expliquait, entre autres, la loi gouvernementale c.s-3.1.01 en vigueur depuis avril 2002 qui régit la gestion des barrages. Éric Olivier pour sa part s'est penché sur l'aspect environnemental de la présentation et Yves Tremblay, inspecteur municipal pour Cookshire-Eaton, a assuré le bon fonctionnement de la soirée.

Une étude géotechnique, d'un coût évalué à 10 000 $, sera entreprise avant d'offrir à la population deux choix: le débâtir ou conserver l'ouvrage sauf les vannes. En l'absence de documentation précise sur le barrage, la firme doit caractériser les matériaux endommagés, connaître le cœur du barrage qui est recouvert de béton et procurer une étude hydraulique ou de stabilité du barrage.

Cette construction que la municipalité a reconstruite en 1966 est qualifiée de barrage à forte contenance, de classe D, et de niveau faible de conséquences, ce qui, très grossièrement expliqué, signifie que si le barrage cédait, il y aurait des conséquences relativement mineures: quelques résidences inondées, des ponts menacés, de l'érosion plus ou moins marquée, etc. Mais les risques sont présents. Endommager des propriétés, causer des blessures ou la mort qu'entraînerait la rupture d'un barrage rendent prudent le gouvernement qui ne prend pas de chance. Il impose à la population de résoudre le problème selon les deux scénarios proposés plus haut.

Si l'ouvrage est conservé, sauf les vannes, le déversoir du barrage resterait le même. Il n'y aura pas ou peu de dommages causés à l'environnement dans les milieux humides en amont. Par contre en démolissant le déversoir, le niveau d'eau baisserait d'environ 1,5 m et l'environnement actuel serait menacé. Les rives en aval s'éroderaient parce qu'elles seraient soumises aux crues.

Les coûts des scénarios qui sont basés sur l'hypothèse que l'ouvrage est formé d'un massif en béton sur roc diffèrent. La destruction du barrage coûterait 478 000 $ tandis que sa réfection engendrerait des coûts estimés à 806 000 $.

Plusieurs citoyens ont posé la question à savoir si le gouvernement participerait entièrement ou partiellement aux dépenses reliées aux réfections ou démolitions du barrage. La réponse formulée fut de ne pas fonder d'espoir sur le sujet. La municipalité de Cookshire-Eaton aurait à assumer entièrement les dépenses encourues.

Interrogé à la fin de l'assemblée, Noël Landry, maire de la municipalité, retenait ses commentaires. Il attendra de connaître l'ensemble des informations justifiant l'un ou l'autre choix avant de se prononcer.

Photo :
La destruction du barrage coûterait 478 000 $ tandis que sa réfection engendrerait des coûts estimés à 806 000 $.


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Fondation Dixville Home : lancement de sa plus importante campagne

Fondation Dixville Home : lancement de sa plus importante campagne
Tomber de haut

Tomber de haut
NOS RECOMMANDATIONS
Juvénal contre César… ou google-moi la vie

Juvénal contre César… ou google-moi la vie
Tentative de meurtre : un Sherbrookois entre la vie et la mort

Tentative de meurtre : un Sherbrookois entre la vie et la mort
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Théâtre des employés du CHUS
 
Tourisme Cantons-de-l'Est
Vendredi, 17 novembre 2017
Des produits de beauté d’ici

Fontaine Panneton Joncas Bourassa & Associés
Jeudi, 16 novembre 2017
Dol, vice caché et copropriété

Bedon & bout'chou
Jeudi, 16 novembre 2017
La magie de l’éveil musical

Alexandre Dagenais
Jeudi, 16 novembre 2017
Récoltes terminées: au tour du bilan de fin de saison

Sarah-Eve Desruisseaux
Jeudi, 16 novembre 2017
Changer ? Oui, tu as le droit !

Marianne Therriault
Mercredi, 15 novembre 2017
Une inspiration signée Lady Gaga

William Lafleur
Mercredi, 15 novembre 2017
Un hiver sans tapis roulant

Laura Basque
Mardi, 14 novembre 2017
Le combat des librairies indépendantes

Léandre Lachance
Mardi, 14 novembre 2017
Attention au chemin de non-retour

Bedon & bout'chou
Attention au stationnement de nuit dès mercredi Par Cynthia Dubé Lundi, 13 novembre 2017
Attention au stationnement de nuit dès mercredi
Du Nutella sans scandale Par Jessica Mackey, Via L'Attitude Vendredi, 10 novembre 2017
Du Nutella sans scandale
Se glisser dans l’univers d’Ultra Nan Par Vincent Lambert Vendredi, 10 novembre 2017
Se glisser dans l’univers d’Ultra Nan
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous