La Maison Aube-Lumière - poinsettias 2018
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Contactez-nous        
  Erreur de traitement

détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
Journal Le Haut-Saint-François
La une
Actualité
Art et Culture
Cahiers Spéciaux
Sports
Opinions
Dates de parution
Contactez-nous
Facebook
Agenda
JOURNAL LE HAUT-SAINT-FRANÇOIS / La une
Jean-Claude Vézina Par Jean-Claude Vézina
info@journalhsf.com

Mercredi, 6 octobre 2010

La situation des femmes dans le Haut-Saint-François


6 octobre 2010

 Imprimer   Envoyer 

Selon les données de Vigie-Estrie, les familles monoparentales dirigées par des femmes sont beaucoup plus pauvres que les autres au sein de la MRC du Haut-Saint-François. La violence conjugale et les agressions à caractère sexuelles faites aux plus jeunes d'entre elles restent préoccupantes. C'est ce qui se dégage de l'étude réalisée par cet organisme dont les destinées sont de se préoccuper du mieux-être des femmes et de l'équité dans les relations hommes/femmes.

Dans le Haut-Saint-François, les familles gagnent en moyenne 46 600 $ alors que les familles monoparentales gérées par des hommes ont droit à 41 200 $ contre 31 900 $ pour celles qui ont pour chef, une femme.

La violence faite aux femmes reste un fléau, particulièrement dans le Haut-Saint-François, où l'augmentation est marquée. En 2006, 461 femmes ont signalé avoir été victimes de violence conjugale: voies de fait dans le couple et agressions à caractère sexuelles chez les moins de 18 ans constituent la trame des plaintes portées à la Sûreté du Québec. À ce sujet, Michel Ouimette signalait que le harcèlement n'était pas comptabilisé dans cette catégorie et ne peut être quantifié.

Invités par La Passerelle, Colette Bernier, de l'organisme Vigie-Estrie, et Rita Baillargeon, du Conseil du statut de la femme du Québec (CSFQ), sont venues présenter une étude statistique portant sur les femmes du Québec, de l'Estrie et plus particulièrement de la région du Haut-Saint-François. Une quinzaine de représentants d'organismes socioéconomiques régionaux s'étaient rassemblés pour prendre connaissance des dernières données concernant la situation des femmes.
Contenues dans le «Portrait statistiques des femmes de la MRC du Haut-Saint-François», ces données dépeignent froidement leurs réalités vécues entre 2001 et 2006. C'est ce qu'ont expliqué Mmes Bernier et Baillargeon.

On constate que parmi le groupe d'âge des 65 ans et plus, les femmes sont plus nombreuses que les hommes et plus pauvres aussi. Dix-neuf pour cent d'entre elles vivent sous le seuil de la pauvreté.

Durant ces cinq années de recensement, on a dénombré 260 femmes qui sont venues s'installer dans la MRC. Ces personnes de moins de 25 ans, surtout, ont une meilleure scolarité que les hommes, sauf en ce qui concerne les diplômes d'études supérieures.

En éducation, dans la Commission scolaire des Hauts-Cantons (CSHC), le décrochage a diminué chez les garçons pour augmenter de 1,3 % chez les filles. Reste qu'il y a 31 % de gars qui quittent l'école sans avoir terminé leurs études contre 19 % d'adolescentes. Cependant, 63 % des finissantes, dans le Haut-Saint-François, entreprennent dans des études collégiales.

Dans le domaine du travail, toujours en 2006, 54 % des femmes de la région occupent un poste. Chez les 15-19 ans, à cause du décrochage, on dénombre plus de femmes. Par contre, c'est plus tard chez les hommes. Cette même année, le taux de chômage était inférieur chez les femmes (6 % contre 8 %). Les plus jeunes sont particulièrement frappés. 87 % des hommes ont été en plein emploi alors que seulement 71 % des femmes étaient dans la même situation. Par contre, 29 % d'entre elles ont travaillé à temps partiel comparativement à 12, 8 % chez les hommes.

L'écart de salaire est encore grand entre les femmes et les hommes. Selon que les professions soient exercées à plus de 90 % par des hommes ou des femmes, on compte quelque 10 000 $/an de différence. Les femmes possèdent plus d'entreprises constituées en société (30 %) et plus de 78 % n'ont pas de personnel pour les assister.

Le revenu moyen des femmes dans la MRC du Haut-Saint-François tourne autour 27 000 $. Elles gagnent 12 000 $ de moins que leurs confrères estriens. En 2008, l'écart salarial de 2 $/h était encore réalité. Sur 6 450 familles dans la MRC, 815 sont monoparentales et de celles-ci, 600 sont régies par des femmes.

Sur la question des suicides, les hommes y recourent plus souvent (32 hommes/100 000 contre 9 femmes). M. Ouimette, de la Sûreté du Québec du Haut-Saint-François, suggérait que les hommes emploient des méthodes plus radicales pour mettre fin à leurs jours que les femmes. Elles sont portées à utiliser des méthodes plus «douces», comme l'ingestion de médicaments. Cela fait en sorte qu'elles sont plus souvent secourues.

Jusqu'en 2003, les femmes avaient un peu moins d'enfants, mais la tendance actuelle suggère qu'il y a une progression. On note dans le document que les adolescentes ont moins de grossesses non désirées. Par contre, selon certains spécialistes, il y a une recrudescence des maladies transmises sexuellement.

Enfin, la participation des femmes aux activités politiques reste encore marginale. Trois femmes sont devenues mairesses et les statistiques démontrent qu'il y a eu une mince augmentation chez les conseillères. En même temps, elles sont peu représentées dans les organismes sociaux économiques régionaux. Cependant, on les trouve plus nombreuses à la Commission scolaire des Hauts-Cantons.

La conclusion démontre qu'il y a encore beaucoup de travail à faire avant de trouver un équilibre et une équité entre les hommes et les femmes. Cette année encore, la marche mondiale des femmes tant au niveau régional, provincial et surtout mondial, a sa raison d'être, estiment-elles.

Photo :
Colette Bernier, de Vigie-Estrie, Julie Boisvert et Sylvie Lupien, de La Passerelle, et Rita Baillargeon, du Conseil du statut de la femme, Québec.


La Maison Aube-Lumière - poinsettias 2018
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
5 800 poinsettias cherchent preneurs pour la bonne cause

5 800 poinsettias cherchent preneurs pour la bonne cause
Nez rouge franchira le cap du M$ en dons

Nez rouge franchira le cap du M$ en dons
NOS RECOMMANDATIONS
Groupe Custeau remet 50 000$ à l’école Larocque

Groupe Custeau remet 50 000$ à l’école Larocque
(MISE À JOUR) Fausse alerte à la bombe à l’usine Camso de Magog

(MISE À JOUR) Fausse alerte à la bombe à l’usine Camso de Magog
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Val Estrie Ford - mai 2018
 
Cégep de Sherbrooke
Lundi, 17 décembre 2018
Le Cégep, premier lieu d'expérimentation pédagogique

Pierre-Olivier Pinard, B.sc. CFMP
Vendredi, 14 décembre 2018
Tout sur le sommeil (part 2)

Caroline Caouette
Jeudi, 13 décembre 2018
L’enfant, un enseignant pour l’adulte!

Me Karine Bourassa
Jeudi, 13 décembre 2018
Mais qu’en est-il des servitudes de passage?

Centre de développement athlétique Badmofo Methods
L’or et rien d’autre pour Alexie Guay Par Vincent Lambert Mercredi, 12 décembre 2018
L’or et rien d’autre pour Alexie Guay
«Le Sapin a des boules» … à  Lennoxville! Par Cynthia Dubé Vendredi, 14 décembre 2018
«Le Sapin a des boules» … à Lennoxville!
Cantonniers : Mario Gosselin, le premier dans la LNH Par Vincent Lambert Mercredi, 12 décembre 2018
Cantonniers : Mario Gosselin, le premier dans la LNH
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous